Partagez | 
 

 I'm a machine, No longer living just a shell of what I dreamed ▬ Hayley & Nemo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♠ Localisation : Gotham
♠ Nombre de Messages : 1256
♠ Nombre de Jetons : 593

♠ Mon Dossier ♠
♠ Pseudo: CherryMoofin
♠ Statut RP : Disponible
♠ Inventaire:
avatar
A. Nemo Nobody
MessageSujet: I'm a machine, No longer living just a shell of what I dreamed ▬ Hayley & Nemo   Lun 4 Fév - 8:22




I'm a machine, No longer living
just a shell of what I dreamed


Hayley & Nemo


Entretenir son corps était d'une importance capitale pour survivre dans ce milieu sans pitié qu'était la mafia, les plus forts dominent et se battent entre eux pendant que les plus faibles tombent les uns après les autres. La mafia se constituait d'énormes molosses d'un mètre quatre vingt de haut sur un mètre quatre vingt de large : de véritables murailles humaines, une masse musculaire imposante et fière de l'être. Dans la mafia russe, il y avait ces colosses et Nemo Nobody. Il était tout simplement différent, mis à part, mais non négligeable. Il était mince, avec une silhouette de strip-teaseur comme l'on disait souvent pour le provoquer, il ne répondait plus parce qu'il savait ce qu'il valait et qu'il n'avait rien à prouver aux autres à ses yeux personne ne méritait qu'il se fatigue pour qu'il les impressionne. Personne, sauf Trishka à une certaine époque mais aujourd'hui l'amour était devenue une ennemie mortelle qu'il éloignait de lui avec rage au coeur. Il se battait pour lui, pour sa vengeance. Comment avait-il pu s'en sortir toutes ses années avec un physique pareil au milieu de ce monde brutal : douze années d'entrainement. Ce fut long, mais Adrian avait su faire de cet enfant amnésique une arme lourde de la mafia russe. Un enfant frêle qui n'avait pas l'ossature à être un colosse, mais il avait vu un potentiel chez Nemo, même si à la base il avait voulu en faire un « scientifique » comme la plus part des gringalets de la mafia, il s'était vite aperçut des aptitudes de Nemo au combat. Et lui, jeune enfant n'avait pas idée de l'existence qui l'attendait. Les iris bleus d'Adam fixait celui qui prenait soin de lui en le faisant souffrir, il ne comprenait pas ce monde, mais c'était le seul qu'il connaisse et qui semblait vouloir de lui. Alors si Nemo n'avait pas une force équivalente aux autres, il avait dût apprendre à se servir des autres atouts et avantages que lui apportait cette minceur : rapidité, adresse et agilité. Ajoutons à cela de nombreux cours de boxe et de tir. Il était plus que capable de rivaliser avec les autres, et si après dix ans d'exercice il était encore en vie et sortait plus forts de ses expériences, il était l'un des meilleurs. Intelligent et fou. Nemo se fichait de mettre sa vie en danger, de prendre des risques, tout cela n'était qu'un jeu. Sa vie n’avait nul autre but que la vengeance, mais personne ne le voyait. Probablement s’en rendront-ils compte le jour où celle-ci éclaterait. Malgré que Nemo ne soit pas fort bien musclé en comparaison des hommes d’Eragovna, il était particulièrement endurant et cela s’avérait particulièrement utile une fois de plus cette nuit là. Un coup de pelle, puis deux, puis trois... Combien de temps avait-il mit pour creuser ce trou d’un mètre cinquante de profond derrière cette église abandonnée ? Il ne savait pas, il s’en fichait. Éclairé d’une petite torche posée au sol, il creusait ne faisant aucunement attention à l’état de ses vêtements, à la sueur qui perlait sur son front et la douleur dans ses muscles. La douleur ça le connaissait, il n’y fessait plus guère attention depuis des années. Une petite pause marquait la fin. Il s’accoudait au manche de sa pelle en regardant l’énorme paquet à coté de lui étendu au sol en épongeant son front. « Tu as de la chance que je me fatigue comme ça pour toi. » lui lançait-il en riant faiblement, probablement dut au manque d’oxygène dans son cerveau, il avait probablement battu le record de vitesse pour creuser un trou. Avec quelques coups de pieds, le corps tombait lourdement dans sa tombe pathétique et il lançait la terre sur le défunt, aplatissant doucement la terre avec sa pelle, il avait enfin terminé. Il devait s'avouer assez fatigué, probablement aurait-il jeté le cadavre dans la rivière pour faire moins d'efforts, mais disons que la police surveillait les environs ces temps là pour cause d'embouteillage de cadavres. Il fallait se montrer plus imaginatif bien que cette méthode qu'il venait d'employer existait depuis des lustres, mais un peu de sport ne pouvait réellement faire de mal n'est-ce pas ? Une bonne douche lui ferait un grand bien ceci dit, manger aussi de toute évidence. A se surmener Nemo en oubliait parfois ses besoins vitaux. Il soupirait quand un flash se fit. Pas très doué cet espion... Mais il pouvait courir pour qu'il creuse encore une fois ; celui-ci finirait dans la rivière qui bordait Gotham.

Armé de sa pelle il s'approchait de ses buissons, cette personne n'essayait pas même de s'enfuir, elle devait décidément être bien sure de ses capacités de survies. Il s'arrêtait à quelques pas de là, éclairant l'endroit avec sa lampe torche, il apercevait caché là une frimousse rousse, il penchait doucement la tête pour l'observer, si elle croyait lui échapper parce qu'elle était atrocement mignonne elle se mettait le doigt dans l'oeil jusqu'au coude. « Sort de là. » ordonnait-il enfin d'un ton calme avec un accent russe dans son anglais qui ne serait jamais parfait bien qu'il soit totalement bilingue, il plantait la pelle dans la terre, autant s'amuser un peu avant de la tuer, d'apprendre qui l'avait envoyé ici et pourquoi. Peut-être était-elle de la police ce qui en serait d'autant plus risible par son incompétence. Nemo avait hâte d'entendre le baratin qu'elle serait capable de lui sortir juste pour sauver sa peau, quels mensonges peut-on bien inventer face à une telle situation ? Mais il parait que la mort donne de super pouvoir, notamment dans le domaine du marchandage. Les gens s'accrochaient à la vie, il ne comprenait pas. La vie était fragile et elle ne serait jamais assez satisfaisante pour se battre comme un fou pour elle. C'était la vision qu'il avait de sa propre vie, elle n'avait aucun but, il savait qu'il s'était fait manipulé mais qu'aurait-il pu faire à l'âge de douze ans alors qu'il ne savait même plus qui il était. Il ne savait pas et ne saurait jamais, il était obligé de s'attacheR à l'identité du tueur que l'on avait fait de lui, il ne se plaignait pas. Parce que la vengeance ne serait que des plus délicieuses. « Dépêches toi, ce serait tout de même dommage que je te tue sans que tu n'ai l'occasion de te défendre... » ajoutait-il en cherchant de ses yeux azurs le regard de cette adorable chose, elle avait peur ? Pourquoi ? Il ne comprenait pas la peur, il ne comprenait rien de tout cela, il voulait qu'elle le regarde et affronte la dure réalité de ce monde qui était un enfer.

_________________

✖️ Adam Nemo Matvey Nobody ✖️
I'm a whore a birth of broken dreams




AdamWanted...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gotham-shadow.lebonforum.com/
♠ Nombre de Messages : 36
♠ Nombre de Jetons : 166

♠ Mon Dossier ♠
♠ Pseudo:
♠ Statut RP : Disponible
♠ Inventaire:
avatar
Hayley J. Lincoln
MessageSujet: Re: I'm a machine, No longer living just a shell of what I dreamed ▬ Hayley & Nemo   Jeu 21 Fév - 4:17


SexiiNemo & Hayley

Il y a des situations dans la vie pendant lesquelles on aimerait tout simplement disparaître. Comme ça, comme par magie. Pour éviter le moment crucial où la vérité va éclater, où on va constater qu’on s’est mis les deux pieds dans le plat et qu’on s’enfonce toujours un peu plus profond dans l’enfer qui s’y accompagne. Ce n’est pas qu’une simple culbute qui nous attend, c’est parfois bien pire. La situation initiale, pourtant, n’était pas bien mauvaise. Juste une petite intention, inoffensive, qui s’en va dégringolée tout bêtement. Être témoin d’un meurtre, être prit au milieu d’une arrestation policière qui nous prend pour coupable, être spectateur d’une infidélité… Bref, être au mauvais endroit au mauvais moment, même si on a rien demandé.

Le début de la soirée s’annonçait bien calme. Un petit groupe de photographe avec lequel Hayley correspondait par internet lui avaient vaguement parlé d’une vieille église abandonnée dont ils avaient entendus parlés et qui pourrait s’avérer être un lieu intéressant à passer devant l’objectif. Il n’en avait pas fallu plus à Hayley pour être convaincue, elle avait rapidement remercié le groupe, s’était déconnectée du réseau social, avait fermé son ordi, avait attrapé son appareil photo en caressant furtivement la tête de son chaton, puis avait quitté son minable appartement.

Et voilà qu’elle était là ; accroupie derrière un misérable buisson et suivant du regard le trajet d’une araignée ambitieuse qui l’effrayait plus qu’elle ne l’imaginait. S’entêtant à chasser les mouches par la simple force de sa penser alors que ses doigts pianotait nerveusement sur le plastique de son Canon. Entre les branches feuillues de sa cachette, elle arrivait à percevoir la raison pour laquelle elle se cachait. Ô, sur le coup, rien ne lui avait dit que cet homme était un tueur qui venait enterrer une victime et que c’était logique qu’elle se cache, mais elle l’avait fait quand même. Sur le coup, elle avait d’abord pensé qu’une espèce de gardien s’arrangeait de garder les gens loin de l’église, même si cela semblait peu logique, mais après quelques minutes à regarder l’homme creuser un trou dans la terre, la vérité lui semblait tout autre.

Elle voyait très mal, malgré la torche qui éclairait les lieux et qui ne rendait Hayley que plus nerveuse. Ensuite, il fallait savoir quel était l’objet de sa peur… Il était illogique d’Hayley June Lincoln, Lycanthrope de nature, puisse avoir peur de passer sous les balles d’un misérable humain. Non, elle ne craignait pas pour sa peau… Ou peut-être un peu. C’était le premier meurtre auquel elle assistait et elle en avait tout instinctivement le cœur au bord des lèvres… En même temps, son premier instinct s’il devait s’en prendre à elle serait-il vraiment de prendre la forme animale? Elle qui essayait de l’effacer tout bêtement de sa vie pour qu’Oscorp jamais ne puisse la retrouvé? Non. Elle ignorait quel serait l’attitude à adopter… Hayley n’était pas une tueuse après tout… Elle.

Alors qu’il s’adressait au corps et terminait de creuser le trou, Hayley regarda son appareil photo encore ouvert. Elle le releva tout doucement pour que l’objectif se fasse un trou parmi les branches et hésita quelques secondes… Si elle se faisait prendre, les conséquences n’en seraient que plus lourdes. Elle aurait pu s’enfuir. Pourquoi ne l’avait-elle pas fait? W5, ne devait-elle pas être le plus rapide des cinq cobayes? Elle aurait eu amplement le temps… Elle qui devait également être la plus intelligente, l’instinct avait failli à sa tâche.

Elle cliqua sur le bouton et sentit son sang se glacer dans ses veines lorsque le flash retentit… Elle ramena rapidement son appareil vers elle en se maudissant de ne pas l’avoir désactivé, le coup de l’émotion lui avait décidément fait perdre tous ses moyens… Elle savait que le meurtrier du cadavre tout récemment jeté dans la tombe improvisé à la dernière seconde avait remarqué le manque de subtilité de la jeune Lincoln… Alors pourquoi s’obstinait-elle à rester cachée derrière son buisson plutôt que se relever et prendre ses jambes à son coup? Parce que c’était l’espoir qui l’en empêchait…. Et si jamais il était complètement stupide et n’avait rien vue? Oh, bien sûr, c’était complètement irréaliste. « Sort de là. », finit-il par dire dans un anglais parfait, mais accompagné d’un accent russe qui n’échappa à Hayley. Elle se maudissait intérieurement de n’avoir pris meilleures précautions. Au final, l’inactivité aurait été une bonne solution également. Elle resta ainsi quelques secondes de plus avant de se bouger un peu, peu soucieuse de vouloir quitter sa cachette, celle qui donnait l’impression qu’elle était protégée de cette espèce de tueur maniaque. Elle ne craignait pas de mourir. Après tout, c’était un loup-garou, il serait… normal qu’elle ne perde pas face à un humain? Si humain il était… « Dépêches toi, ce serait tout de même dommage que je te tue sans que tu n'ai l'occasion de te défendre... »

Elle ne perdit pas plus son temps. Elle se releva semi-tranquillement en serrant son appareil photo contre elle, bien décidée à ne pas le laisser filer. La photo qui l’intéressait était la dernière, précédée d’autres photos de l’église qui, maintenant, lui semblaient d’une pâle utilité. Elle essaya de défier du regard son opposant, mais ce n’était pas dans ses gênes. La douce Hayley ne cherchait pas trop souvent la confrontation et cette part de sa personnalité se reflétait maintenant plus que jamais. Les buissons les séparaient toujours, mais maintenant elle voyait mieux à qui elle avait à faire. Malgré que ce fût-elle que le rayon de la torche éclairait, elle arrivait à voir approximativement les traits du visage de l’assassin… Et elle devait l’avouer; il était beau. Douloureusement beau, à lui en faire oublier le temps de quelques secondes qu’il venait de la menacer de la tuer. Bien qu’elle n’eut été en mesure de déterminer parfaitement la couleur de ses yeux, elle se doutait qu’ils étaient bleus… L’instinct, tout simplement. Elle fronça les sourcils puis mit son appareil photo en évidence, même si montrer ouvertement le traître ne semblait pas une bonne idée. « J’ai tout. », dit-elle tout simplement.

Elle savait qu’il comprendrait… Autrement, quel imbécile serait-il… Elle releva légèrement la tête en faisant un pas vers l’arrière. Elle était assez rapide pour faire demi-tour et s’enfuir sans qu’il puisse la rattraper, du moins l’espérait-elle, mais s’il avait une arme, il aurait amplement le temps de l’abattre sur le champ. Elle n’avait pas envie de vérifier la théorie des balles en argent contre les loups-garous maintenant. Ça pouvait attendre. Ne jamais avoir confirmation lui plaisait également… Mais son ignorance la forçait à rester là, bien en vue devant cet étranger. « J’ai des photos de ce que vous avez fait… Et j’ai bien l’intention de tout balancer aux flics! Ça va mal se finir pour vous... Je n'hésiterais pas une seule seconde...». Elle n’agissait pas de manière réfléchit et une part d’elle voulait menacer l’homme… Bien que cela ne pourrait que l’encourager à abattre cette fouteuse de trouble sur le coup. Hayley, cependant, envisageait les choses sous un autre angle… un truc comme ; la photo contre la vie! Pourquoi pas…
[hrp; 16 jours plus tard, pardon pour le temps de réponse ^^'' Mais compte tenus des circonstances... Maintenant que mon PC est bien en règle, jpeux me le permettre :3 J'espère que le RP te plaira, même si j'ai peur qu'il ne soit pas parfait xD Enjoy!]
© fiche créée par ell


_________________


« "Néanmoins, il est encore plus difficile pour le singe moyen de croire qu'il descend de l'homme." »

redsky
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Localisation : Gotham
♠ Nombre de Messages : 1256
♠ Nombre de Jetons : 593

♠ Mon Dossier ♠
♠ Pseudo: CherryMoofin
♠ Statut RP : Disponible
♠ Inventaire:
avatar
A. Nemo Nobody
MessageSujet: Re: I'm a machine, No longer living just a shell of what I dreamed ▬ Hayley & Nemo   Lun 25 Fév - 15:22




I'm a machine, No longer living
just a shell of what I dreamed


Hayley & Nemo


La fraicheur de la nuit après des efforts comme il venait de faire n’étaient à ses yeux qu’une douceur agréable sur sa peau brûlante, s’il n’était pas aussi carré que ses confrères, il n’était pas faible. Il se tenait là, à discuter avec des buissons ; une vision assez risible vu comme cela. Mais évidement qu’il ne parlait pas avec les buissons. Il se montrait patient et doucement elle se relevait, émergeant des buissons en serrant cet appareil plus que dérangeant entre ses petits doigts fins. Nobody l’observait quelques secondes, se dévisageant l’un et l’autre pour se découvrir. Il devait avouer trouver cette fouine absolument adorable, une longue chevelure sur les épaules, un minois fin et l’air assez distraite et anxieuse. Il aurait pu choisir cet instant pour se débarrasser d’elle, mais il ne fit rien. Qui l’envoyait ? Pourquoi ? Il avait besoin de savoir toutes ces choses. Sa vie était devenue étrange depuis qu’il était à Gotham, il s’était découvert des faiblesses et des forces. Il avait appris que sa partie humaine de lui était là, quelque part. Qu’elle avait survécu dans les bras d’une certaine Helena qui avait trouvé la mort, était-il triste ? Il ne savait pas, il n’y croyait pas. C’était impossible, il lui avait prédit mourir avant elle. Et Nemo Nobody ne perdait jamais, il ne se trompait jamais. Elle devait être quelque part, à se cacher comme la lâche pitoyable qu’elle était ; elle le dégoutait tout simplement, ou plutôt il lui en voulait. Qui lui en voulait ? Adam ou Nemo ? Quelle importance ? Ni l’un ni l’autre ne la reverrons plus jamais et ils n’avaient aucun désir de la revoir. Mais cette fille avait entretenue une brèche dans sa carapace si solide et avait permis à Trishka Eragovna de la faire éclater en mille morceaux et cela du bout du doigt. L’homme était en colère contre le monde entier, il leur en voulait à tous, mais il n’exprimait rien. Parce que sa vengeance viendrait, sa vengeance ne leur laisserait aucune chance et ils auront finalement sur les lèvres le nom de celui qui n’en avait pas. Il avait beaucoup d’ambition diriez vous ? Ce n’était pas cela, il ne cherchait ni la gloire, ni la fortune. Il n’aspirait qu’à mourir en ayant détruit, puisqu’il avait été programmé pour cela, puisqu’on l’avait manipulé pour faire de lui le monstre qu’il était, cette terrible machine de guerre qu’ils voulaient tous avoir dans leur armée. Alors finalement, il se retournerait contre eux et leur exploserait au visage, car au final ils n’avaient crée qu’une bombe à retardement.

Les mots de la jeune femme firent décrocher un sourire sur le visage de Nemo, elle brandissait fière d’elle son appareil photo, comme si c’était un comportement tout à fait normal face à un homme tel que lui. Cette fille n’était pas idiote, elle essayait de s’en sortir. Qui ne le ferait pas ? Mais c’était toujours plus drôle de savoir pour qui elle travaillait, peut-être était-elle détective privé ? Euh... Pas vraiment le physique adéquate et puis elle faisait vraiment trop dans l’amateurisme pour être crédible un seul instant. Elle était ce genre de fille que l’on retrouvait au fond d’un lac parce qu’elle s’est retrouvé au mauvais endroit et au mauvais moment. Combien de temps pour sonder cette fille ? Il fallait dire que Nemo avait l’habitude des petits curieux à Gotham, il pensait tout particulièrement à Nate... Un pauvre garçon qui se prenait pour un super héros, quoi de plus risible ? Pui il pensait à Dinah Lance, une petite curieuse particulièrement amusante, une journaliste quoi... Et maintenant il y avait cette adorable chose... Elle reculait légèrement, cependant ils étaient séparés par des buissons, mais s’il voulait la tuer une balle suffirait et la distance n’y fera rien. Il n’allait quand même pas s’embêter à lui courir après... Aussi sexy soit-elle. C’est alors qu’elle le menaçait de tout balancer à la police, il éclatait de rire sans retenue avant de la fixer avec un sourire ravageur sur les lèvres. « Et tu vas leur dire quoi ma mignonne ? » demandait-il sans s’approcher d’elle, instaurer une certaine distance avec cette bête craintive était probablement le plus approprié, lui laisser croire qu’elle pouvait s’enfuir. Pourtant quelque part dans sa tête son subconscient lui disait qu’il pouvait utiliser cette fille et pas forcement dans son lit... Ou du moins pas uniquement... Alors que son subconscient cogitait, Nemo regardait la créature devant lui pour lui ajouter avec un calme troublant étant donné la situation « Sois raisonnable et donnes moi cet appareil. » Allait-elle le lui donner ? Probablement que non, elle chercherait forcement à marchander pour survivre. C’étaient ce qu’ils faisaient tous. Il n’y avait que Lullaby qui puisse l’intéresser dans ce domaine, la mort ne lui faisait pas peur, la vie n’avait aucune valeur pour elle. C’était un cas cette fille, c’était probablement pour cela qu’elle l’intriguait de la sorte, mais malgré sa volonté de survivre, la jeune femme qui lui faisait face l’intriguait tout autant. D’où sortait-elle ? Que faisait-elle ici ? Tant de questions sans réponse, mais n’était-ce pas ce qu’il aimait ? Sa vie était ainsi, un amas de pièces de puzzle. Une fusillade, une blonde qui l’appelait Adam, puis tous les autres qui l’appelaient ensuite Nemo. Qui était-il ? Et Trishka qui n’avait jamais cessé de l’appeler par ce prénom dont il ignorait le sens. Adam... Il n’existait pas, tout comme Nemo qui était une pure invention. Alors qui était-il ? Rien, du moins c’était la réponse la plus évidente et simple. « Je ne fais pas dans la sympathie tu vois... Ce type m’a bien supplié un million de fois, mais il l’a eu sa balle entre les yeux. Crois-moi, le plus intelligent serait de me donner cela et de courir. Si tu veux vivre... » Bien sur qu’il ne la laissait jamais s’enfuir, il allait l’attraper et lui faire cracher les informations qu’il voulait d’une manière ou d’une autre. Il usait bien souvent de la manière forte pour ce genre de chose cela dit, mais il pouvait bien sur ce montrer particulièrement inventif, cela dépendait de l’hémisphère de son cerveau actif pour ses 90 minutes... Le droit et il se montrerait inventif... Le gauche, il se montrerait logique et... Pan. Laisser les choses au hasard, c’était finalement ce qu’il préférait. Pourquoi ? Et bien, probablement parce qu’il se sentait juste maitre de rien et gagnait tout de même. Il gagnait toujours. Alors qu’adviendrait-il de cette jolie demoiselle ? Il mettait son sort entre les mains du hasard, il lui laissait l’opportunité de se montrer intéressante à ses yeux ou de mourir. Que la vie était éphémère, surtout lorsque l’on est un aussi joli papillon...


_________________

✖️ Adam Nemo Matvey Nobody ✖️
I'm a whore a birth of broken dreams




AdamWanted...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gotham-shadow.lebonforum.com/
♠ Nombre de Messages : 36
♠ Nombre de Jetons : 166

♠ Mon Dossier ♠
♠ Pseudo:
♠ Statut RP : Disponible
♠ Inventaire:
avatar
Hayley J. Lincoln
MessageSujet: Re: I'm a machine, No longer living just a shell of what I dreamed ▬ Hayley & Nemo   Mar 5 Mar - 1:48


SexiiNemo & Hayley

Si un jour on aurait demandé à Hayley de se décrire, elle serait restée sans voix. Elle se serait passé la langue sur les lèvres puis se serait mordillée celle du bas en faisant semblant de réfléchir à cette question, alors que son cerveau chercherait plutôt un moyen de contourner l’interrogation. Elle n’avait jamais essayé vraiment de savoir qui elle était, de quel moyen elle réagirait dans telle ou telle situation, etc. Si on lui avait présenté une situation semblable à celle qu’elle vivait, elle aurait crâné en prétendant avoir assez de courage pour s’en prendre à son assaillant et gagner tout bêtement l’affrontement. Mais non. Aujourd’hui, là, maintenant, elle comprenait que son courage n’était que mascarade, qu’elle n’avait jamais prévue rencontrer telle ou telle situation qui pourrait la sortir de sa zone de confort… Oui.

Maintenant elle comprenait… et ça l’insultait. Elle aurait aimé prétendre que ses pâles menaces étaient une preuve de courage, mais c’était mentir. Elles n’étaient qu’une preuve de lâcheté de sa part, une lueur d’espoir lui faisant croire qu’elle pouvait se dresser face à ce mur, à cet homme qui par son seul geste avait réussis à la paralysée… Elle n’était pas Joshua après tout. W5 et W3 étaient contradictoires l’un à l’autre : l’un était programmé pour se battre et l’autre pour fuir, les muscles et l’agilité, la force et la vitesse…

Il ne fallait pas être spécialement intelligent pour comprendre que W5 n’était pas une preuve de force et de courage. Elle aurait pu être redoutable, mais malgré tous les tests que l’on avait faits sur elle, aucune ne l’avait préparé à devoir confronter la mort.

La jeune femme pesta silencieusement contre elle. Elle n’avait pas l’habitude d’être quelqu’un aux idées pessimistes, mais se faire prendre dans un tel moment de faiblesse envers autrui arrivait à lui arracher une pointe de dégoût envers elle-même. Qu’est-ce qui l’empêchait de se transformer et profiter de l’effet de surprise pour le tuer… Ça serait tellement rapide! Ni vu, ni connu. Les flics penseraient à une attaque animale et le tour serait jouer… Mais non, l’homme qui venait de la menacer dégageait une aura qui l’intimidait, en quelque sorte. Elle ressentait clairement qu’il n’était pas normal et c’était pour cette raison qu’elle faisait, à la limite, le gentil petit chien chien plutôt que le grand méchant loup. « Sois raisonnable et donnes moi cet appareil. », finit-il par lui dire, arrachant un froncement de sourcils à la jeune Lincoln.Il était complètement barjo de penser qu’elle se plierait bêtement à la moindre de ses petites demandes.

Car si Hayley n’était pas un modèle de courage, elle n’en restait pas moins attachée à cet appareil et, de toute manière, rien ne lui prouvait qu’il la laisserait en vie après qu’elle lui est donnée… Lui-même n’en avait rien dit. Juste « donne-moi cet appareil », tout bêtement, même si elle se doutait qu’il savait qu’elle refuserait. Qui ne tente rien n’a rien n’est-ce pas? Marchander lui semblait intéressant, mais se plier aux demandes de l’homme pour ensuite se faire abattre comme un vulgaire gibier l’intéressait moins. Voir même pas du tout. Elle finit par déposé l’appareil dans son sac et de refermer celui-ci sans même y jeter un coup d’œil, sans quitter l’inconnu du regard. « Si vous le voulez vraiment, cet appareil, venez le chercher par vous-même… Autrement, je refuse de vous le laisser… ». Une fois de plus, ce n’était pas une sorte de courage refoulé, simplement l’impulsivité qui lui faisait dire un peu n’importe quoi. Une petite voix dans sa tête lui murmurait « Donne-lui le putain d’appareil et court pour sauver ta peau », alors que l’autre lui intimait de tenir tête, ne serais-ce que par pseudo courage. Et c’est la deuxième voix qu’elle avait instinctivement écoutée, ne serais-ce car elle craignait de n’avoir une balle dans le dos, elle aurait alors officiellement perdu la partie. Game Over comme on le dit si bien. Un frisson d’horreur la parcourut, non… elle ne ressortirait pas en état de décomposition de ce lieu, elle n’en avait même pas envie… Ça lui semblait irréaliste. Comment avait-elle pu tomber sur une personne aussi insolite dans un tel lieu à ce moment… Une part de lui ne semblait même pas craindre que les photos soient livrées aux autorités. Certes, il voulait l’appareil photo, mais sans vraiment tout faire pour le récupérer dans un état de panique notable.

Elle avait l’impression de perdre son temps à essayer de trouver un terrain d’entente pour cette envie de faire un marché… Mais il ne lui disait clairement qu’il l’a laisserait en vie… quelque chose lui disait même qu’il ne le ferait pas… et c’était loin de lui faire plaisir. « Je ne fais pas dans la sympathie tu vois... Ce type m’a bien supplié un million de fois, mais il l’a eu sa balle entre les yeux. Crois-moi, le plus intelligent serait de me donner cela et de courir. Si tu veux vivre... » Il était trop sûr de lui pour que Hayley doute de ses paroles. Une balle dans la tête hein? Étais-ce vraiment ce à quoi elle était condamnée? À cette seule perspective, elle eut un haut le cœur rapidement maîtrisé. Elle fronça les sourcils. Si il lui laissait réellement une chance de courir, sans lui tirer une balle dans le dos aussitôt qu’il le pourrait, car il fallait avouer que le terrain était assez dégagé et que, même en courant vite, il avait le temps de tirer, il n’aurait aucune chance de la rattraper… Mais elle n’y gagnerait rien.

« Qu’est-ce qui me dit que si je vous donne l’appareil, vous allez réellement me laisser courir? Si vous me tirez une balle dans le dos aussitôt que je serais retournée, je n’y gagnerais rien… Autant essayer m’en fuir avec dans ce cas…», dit-elle avec un peu plus de confiance en elle. Non pas qu’elle se croyait vraiment imposante, mais réaliste. Elle exprimait haut et fort ce que son esprit lui murmurait de dire. Essayant de s’imposer face à ce colosse dans l’âme. D’un sens, elle se donnait l’impression à elle-même, à son plus grand soulagement, qu’Oscorp avait raté une partie de son travail avec elle… Ou bien un travail inachevé... Comment une fille comme elle pouvait-elle devenir une arme? C’était impensable et complètement ridicule. Non, elle se donnait l’impression à elle-même de ne pas être uniquement la création d’Oscorp, qu’elle avait réussi à vaincre en partie le démon de ses cauchemars, ceux qui avaient détruit sa vie petit à petit, son enfance… son adolescence… Que son futur, si futur il y avait, lui appartenait… « N’y aurait-il pas une chance que je m’enfuie et que vous perdiez trace de moi si vous me laissez courir..? »
© fiche créée par ell


_________________


« "Néanmoins, il est encore plus difficile pour le singe moyen de croire qu'il descend de l'homme." »

redsky
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Localisation : Gotham
♠ Nombre de Messages : 1256
♠ Nombre de Jetons : 593

♠ Mon Dossier ♠
♠ Pseudo: CherryMoofin
♠ Statut RP : Disponible
♠ Inventaire:
avatar
A. Nemo Nobody
MessageSujet: Re: I'm a machine, No longer living just a shell of what I dreamed ▬ Hayley & Nemo   Dim 10 Mar - 12:11




I'm a machine, No longer living
just a shell of what I dreamed


Hayley & Nemo


Nemo arrivait à prévoir le moindre des gestes de la jeune femme. Anticipation. Manipulation et le coup fatal. Ceci dit, la manipulation pouvait durer un temps assez variable. Le tueur la fixait avec patience, il souriait légèrement lorsqu'elle le mit au défi de venir le chercher lui-même. Probablement avait-elle tord de le provoquer, mais Nemo n'était pas un homme impulsif. Du moins pas totalement. Il savait que ce n'était que des mots en l'air et qu'elle tremblerait comme une feuille s'il s'approchait d'elle. D'ailleurs, il avait bien envie là tout de suite de s'approcher d'elle, juste pour la tester. Pour voir comment elle réagirait. Nemo aimait jouer, sa vie n'était qu'un jeu. Peut-être la seule chose qui l'animait, l'unique force de vivre encore malgré toutes ces souffrances. Oui, parce que la vie était un jeu, la vie était son terrain de jeu, il était né en pion et allait mourir en tant que reine de cet échiquier mortel. Il n'en restera aucun, il les engloutirait tous dans le chaos et sa mort viendrait par la suite. Nemo ne vivait que pour haïr et pour mourir. Son regard azuré ne la quittait pas, il aimait les défis. Quels qu'ils soient. Passant doucement la langue sur ses lèvres, il semblait penser à autre chose. C'était le cas. Des millions de pensées se bousculaient dans sa tête, mais il ne fonçait pas dans le tas. Ne répondant pas au défi de la jeune femme par des gestes, mais par des mots. Il insistait parce qu'il n'était pas vraiment d'avis à lui courir après, ceci dit, il pourrait la descendre là : tout de suite. Le problème serait réglé non ? Ce serait trop simple et ennuyeux. Le tueur l'écoutait répondre, elle était vraiment intelligente. N'importe qui aurait prit cette opportunité pour tenter de survivre et finalement se retrouver entre quatre planches de sapinette. Mais celle-ci ne prenait pas cette chance sans réfléchir, elle se servait de sa tête, elle était brillante et tout à coup intéressante à ses yeux. Et comme toutes les choses intéressantes pour Nemo Nobody, l'hypothèse de la mort était quelque peu écartée pour une certaine durée. Elle lui tenait tête et ça lui plaisait. Contrairement à sa première pensée, elle n'était pas une petite gamine écervelée et trouillarde. Il ne faut jamais se fier aux apparences, c'était bien pour cela qu'il l'avait testé. Il savait que l'on n'est pas forcement ce que l'on laisse croire. N'en était-il pas la preuve ? Avec son gabarit quelque peu atypique, cet air de type torturé qui était finalement qu'un monstre. Il était un monstre torturé, mais qui allait chercher au-delà du fait qu'il était monstrueux ? Il faisait peur et intimidait. Il savait s'y prendre pour mettre les gens mal à l'aise ; un peu comme un don. Ou une malédiction... Nemo n'était rien de ce que l'on pouvait penser, même en y réfléchissant des heures. Sa vie était un mystère. Il n'existait que depuis 10 ans dans le monde de la criminalité. Il y avait dix ans d'enfermement dans la mafia, on savait qu'il avait été là, quelque part. A être formé. Mais comment ? Personne ne connaissait les méthodes employées d'Adrian sur lui, ni l'un ni l'autre n'en avait jamais parlé à autrui... Ce fut trop horrible pour qu'un jour il puisse en parler, il n'en voyait d'ailleurs aucun intérêt. Il reste douze ans diriez vous. Certes. Mais ces douze premières années ont été effacées, les images d'horreurs restent son unique souvenir de ce qu'il supposait être sa famille. Il ne se demandait plus pourquoi. Il acceptait son sort. Il avait fait le deuil de sa vie depuis le commencement de celle-ci.

« Non. » Répondait-il enfin à ses questions. Il dessinait un léger sourire sur ses lèvres. Non, il ne la laisserait pas filer aussi facilement. En la tuant ce soir ou en la retrouvant plus tard. Elle n'aurait plus le moindre répit, elle devra vivre dans la peur qu'il la retrouve un jour, parce que Nemo Nobody ne perdait jamais. Doucement il reculait d'un pas sans la quitter des yeux « Mais cela aurait peut-être valut le coup d'essayer. » ajoutait-il, Il sautait par dessus les buissons en s'armant de l'élan de son pas qu'il avait reculé, il se plaçait face à la jeune femme qui avait reculé, il souriait encore tout à fait amusé par cette situation plus que délicate pour la jeune femme. Il riait du danger, il était insouciant de la mort parce qu'il l'attendait depuis tout ce temps. Ce n'était pas ce qui lui faisait peur, il acceptait la mort et la souffrance. L'amour était déjà plus difficilement acceptable à ses yeux. « Tu as un raisonnement des plus perspicaces. Ce serait une erreur d'éliminer une fille aussi brillante, a moins que... » D'un léger mouvement des yeux, il évaluait la distance qui les séparait. Oui, à moins que cette fille si brillante fasse tout à coup quelque chose de totalement stupide. Comme essayer de la frapper ou de lui voler son arme. Une erreur qui serait fatale. Les réflexes de Nemo étaient vifs, peut-être pas autant que la jeune femme mais comment aurait-il pu le savoir ? Ceci dit, il ne sous estimait pas son adversaire et se tenait prêt à riposter à chaque seconde. La douleur n'était rien, elle pouvait le frapper pour prendre la fuite, jamais il ne laissait la souffrance l'handicaper, ce n'était qu'une question de volonté. C'était ce que lui avait dit Adrian en le frappant avec cette batte, il sentait encore les coups sur sa peau,, jusqu'à ce que la colère l'emporte et le pousse à désarmer Adrian malgré la douleur. Oui, la haine donnait des ailles. Nemo se savait mortel, il avait qu'un jour lui aussi allait partir. Probablement le plus beau jour de sa vie, il espérait pouvoir observer le ciel et souffrir comme jamais et se dire qu'enfin tout cela était terminé. « Je n'ai que faire de ta vie, alors donnes moi cet appareil. Je te garantis de t'épargner si tu me le donnes. ... Et inutile de retirer la carte mémoire je vais vérifier et si tu m'as trompé. Je te retrouverais et cette fois... » Il avançait doucement sa main devant la jeune femme, attendant que celle-ci lui donne ce qu'il voulait avant d'ajouter en sourcillant légèrement, faisant mine d'être impatient. Mais ne l'était-il pas finalement ? Nemo n'était pas un surhomme et la fatigue aussi l'atteignait. « Tu doutes de ma parole ? Il serait tellement simple de te tuer plutôt que de perdre mon temps à bavasser avec toi. »


_________________

✖️ Adam Nemo Matvey Nobody ✖️
I'm a whore a birth of broken dreams




AdamWanted...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gotham-shadow.lebonforum.com/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: I'm a machine, No longer living just a shell of what I dreamed ▬ Hayley & Nemo   

Revenir en haut Aller en bas
 

I'm a machine, No longer living just a shell of what I dreamed ▬ Hayley & Nemo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Livres - "La poupée sanglante" / "La machine à assassiner" de Gaston Leroux
» [Resolu] fast lane machine -- Ou commander ?
» Bonjour à tous..quelle machine choisir ?
» Machine pour petit salon de thé
» Un bon café avec une machine grand public... possible?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham Shadow :: 'Cause it's Just a Game ! :: V1 :: LES RPS-