Partagez | 
 

 Search a beautiful lie to believe in ▬ Susan & Nemo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♠ Localisation : Gotham
♠ Nombre de Messages : 1256
♠ Nombre de Jetons : 593

♠ Mon Dossier ♠
♠ Pseudo: CherryMoofin
♠ Statut RP : Disponible
♠ Inventaire:
avatar
A. Nemo Nobody
MessageSujet: Search a beautiful lie to believe in ▬ Susan & Nemo   Jeu 14 Mar - 9:00








Remettre les pieds dans cet endroit, il n'y aurait pas véritablement cru. Il avait déjà fait le tour de l'endroit, notamment dans la partie abandonnée où de vieux manèges pourrissaient. C'était sur l'un deux qu'il avait rencontré Helena, mais il n'était pas nostalgique. Il se disait au contraire que tout aurait été plus simple s'il l'avait laissé mourir dans son wagon. Elle était morte de toute façon. Oui, c'était la version officielle. Mais il savait que c'était faux, c'était son intuition, elle était infaillible l'intuition de Nemo Nobody. Mais à ses yeux elle était morte, elle n'avait plus aucun sens à ses yeux. Comment pourrait-il porter de l'intérêt à une chose si fragile et ridiculement influençable ? A vrai dire, s'il haïssait cet endroit ce n'était pas pour cette fille, c'était à cause des enfants. Il semblait voir leurs fantômes, il les observait avec ce regard azur qui n'en comprenait rien. Oui, cet être si intelligent qu'était Nemo Nobody, ne savait rien de l'enfance. Tuer un enfant, une épreuve étrange. Il l'avait tué, il avait été plus jeune que cet enfant en question, mais c'était comme s'il était devenu adulte à l'âge de douze, à sa naissance. Tout était oublié. Les rires, les joies, les jeux... Non, il ne s'en souvenait pas, il ne comprenait pas. Il n'y arrivait. C'était douloureux, il aurait voulu savoir ce que c'était d'être un enfant. Alors il avait fait de sa vie un jeu, un jeu particulièrement dangereux. Il avait joué avec la mort, car elle avait été la seule à vouloir être son amie. Au fond Nemo était encore un enfant, il y avait ce vide en lui qui l’avait poussé à mener cette existence à risque. Adrian lui avait reproché d’être trop joueur, de prendre trop de risques. Nemo ne l’avait pas écouté, c’était cet enfant qui s’exprimait et le rendait si dangereux. Il avait conscience des conséquences possibles de ses comportements mais il s’en fichait.

Il l'apercevait alors, passant près de ce manège hanté abandonné depuis des lustres par ses fantômes, il était devenu son propre fantôme. Non, ce n'était pas un fantôme. C'était une jeune femme. Une jolie frimousse blonde qui se cachait, comme s'il ne l'avait pas vu. Autant dire, que c'était exactement le genre de jeu auxquels il aimait participer. Jubilant d'avance de cette petite traque où il était vraisemblablement le gibier, il ne sentait pas menacé. Cette fille devait être du cirque, et elle avait du remarquer cette silhouette inquiétante qu'il était et avait souhaité en savoir plus à son sujet. Bonne ou mauvaise intuition Monsieur Nobody ? Auriez-vous oublié qu'il ne se trompait jamais ? Pensez vous que cela était lassant de toujours gagner ? Pas le moins du monde, cela le poussait à prendre de plus en plus de risque, pour voir à quel point la chance serait de son coté. Il aimait livrer son destin au hasard, mais il n'était pas uniquement question de chance, c'était un talent unique, une résistance à la douleur et une vision des choses optimales pour ce genre d'activité. Oh oui, il était faible dans les sentiments humains, il n'en connaissait rien comme de l'enfance, mais on ne peut pas tout savoir, il n'était aussi infaillible qu'on le disait. Il y avait cette part refoulée de lui, il avait cet homme fou d'amour pour cette femme qu'il aurait du tuer. Trishka le hantait comme ces manèges hantaient le parc...

Errant lentement entre les manèges, mains dans les poches. Il semblait prêt à dégainer au moindre bruit, chose qu'il ne ferait pas. Ce serait trop simple, il n'avait quand même pas subit dix ans de torture pour finalement abattre les gens avec une balle entre les deux yeux sans s'amuser un petit peu. Il semblait qu'il avait souffert pour avoir le droit de profiter de celle des autres. Une pseudo-vengeance sa rancune qu'il entretenait au travers de la mort des autres, mais tôt ou tard les vraies coupables paieront, quant à son amour... Quant à Trishka, son sort était en suspend, elle devait ça à Adam qui était juste fou d'elle et cela probablement pour toujours. Il ne réfléchissait pas sur le but de ses pas, et cette absence de réflexion était tout à fait réfléchie. Nemo Nobody était beaucoup plus compliqué que l'on aurait pu penser. Les pas s'approchaient, il le savait. Non il n'entendait rien, il n'avait d'oreille super bionique. Mais si elle ne voulait pas le perdre de vu, elle devait le suivre de plus près, parce que son itinéraire était complètement insensé. Encore quelques pas, le carrousel était juste à avec ces chevaux immobiles et cette mine abominable. Doucement il posait son pied sur le plateau du manège, un léger sourire aux lèvres suite au bruit de ses rangers étouffés il avait clairement entendu un autre pas non loin, il continuait sa balade et montait à dos de l'une de ces bêtes, le dos contre la tête de l'animal et le pied posé sur son arrière, il tirait une cigarette et l'allumait alors que la bouille de la jolie blonde émergeait pensant probablement qu'il avait continué sa course. « Si l'on ne se rendait compte que la terre tournait les manèges feraient faillite. » Déclarait-il avant d'inspirer une bouffée de fumée pleine de nicotine, c'était si bon. Etait-il dépendant ? Il ne se posait même pas la question, c'était un plaisir parmi tant d'autre mais il était capable de se passer de tout, sauf de sa colère si immense et oppressante. Il sentait qu'il n'aurait jamais le repos et la paix. Seul la mort pourrait donner l'inespéré. « Tu comptais me flicquer encore longtemps ? Amusant que tu n'as pas même remarqué que je tournais en rond. Peut-être devrais-tu te contenter d'être une jolie blonde, à moins que... Tu avais idée que j'm'arrête à un endroit précis pour me piéger. Dans ce cas, tu es peut-être intéressante... » Ajoutait-il après avoir expiré sa fumée de ses poumons, il levait ses yeux d'un azur pur vers le ciel tout aussi pur, il se redressait légèrement, laissant ses jambes balancer de chaque coté de l'animal inerte pour observer la séduisante jeune femme avec un petit sourire dénudé d'émotion tout comme son regard qui semblait juste éteint, Nemo n'avait pas l'air en vie, il était cette machine. Pourtant quelque part un coeur battait de douleur et survivait malgré tout. Adam n'était pas aussi faible, il s'était battu toutes ces années en dépit de l'absence d'espoir, d'amour et de tendresse.

_________________

✖️ Adam Nemo Matvey Nobody ✖️
I'm a whore a birth of broken dreams




AdamWanted...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gotham-shadow.lebonforum.com/
♠ Nombre de Messages : 59
♠ Nombre de Jetons : 161

♠ Mon Dossier ♠
♠ Pseudo: Lyce
♠ Statut RP : Disponible
♠ Inventaire:
avatar
Susan Hooper
MessageSujet: Re: Search a beautiful lie to believe in ▬ Susan & Nemo   Dim 17 Mar - 18:09

Nemo & Susan
“ Search a beautiful lie to believe in ”



Ce fut d'un pas rapide que Susan s'éloigna de la planque des Rebels, bien décidé à rentrer sur le campus. Ou peut-être pas...à vrai dire elle n'avait pas encore décidé. La jeune fille ne pouvait pas s'empêcher de montrer la colère qui l'avait envahi quelques minutes auparavant. Et pour cause elle avait mis l'un de ses coéquipiers du groupe sur un très gros coup, mais celui-ci avait préféré sortir avec ses amis au lieu de se rendre à l'endroit prévu. Résultat les choses avaient mal tourné, une seule personne s'était rendue à l'endroit indiquer et la jeune fille en question avait été blesser. Cela avait mis Susan totalement hors d'elle. Parfois, elle avait vraiment l'impression qu'elle était la seule à être absolument investie dans ce groupe. Elle avait souvent très envie d'arrêter tout, mais elle n'y parvenait pas. Si ce n'était pas elle qui apportait des preuves à la police ou qui vengeait les victimes des gangs des rues qui le ferait? Personne! C'était elle ou personne. Alors malgré les grosses disputes la jeune fille prenait sur elle et faisait le job qu'elle avait à faire. Elle inspira et expira plusieurs fois pour essayer d'atténuer sa colère lorsqu'elle eut le souffle coupé. Sans même réfléchir, elle s'approcha d'un manège tout délabré et s'agenouilla pour ne pas être vue. Elle l'avait reconnu, lui, sans doute le mec le plus dangereux de la mafia. Elle ne savait pas qui il était exactement, mais lorsqu'elle avait fait semblant un soir d'aller porter plainte à la police dans l'idée de voler quelque information, elle avait vu sa photo placardé sur un mur. Malgré que ce mec était plutôt séduisant, quelque chose l'avait un peu secoué en regardant sa photo. Il avait un des regards les plus impassibles qu'elle avait vus. Il semblait être sans cœur, une vraie machine à tuer. Elle n'en revenait pas de le voir ici dans un cirque en train de déambuler calmement entre chaque manège. La jeune fille toujours cachée derrière un manège commençait à perdre de vue le jeune homme qui était dés à présent sur sa liste de criminel à très vite mettre en taule.

Alors, Susan se releva et parcourut quelque mètre pour se retrouver derrière le jeune homme. La situation était tout de même difficile, la jeune fille le savait très bien. Elle était plantée là en train de suivre un criminel et elle était sans arme et toute seule. Elle allait avoir dur de le piéger quelque part ou même de découvrir n'importe quelle information à son propos sans se faire prendre. Susan était consciente de son intelligence et elle ne manquait jamais une occasion de s'en vanter, mais quand elle ne se sentait pas capable de faire quelque chose elle l'assumait sans rechigner. Dans la situation dans laquelle elle l'était, ses années de self défense et de karaté pouvaient bien sûr l'aidé à se défendre au cas où, mais elle n'était pas naïve. Elle savait bien qu'elle pourrait mettre un garçon à terre sans problème, mais pas une machine à tuer. Elle s'imaginait qu'il lui faudrait 30 secondes pour lui attraper la gorge et l'étouffer de ses mains. Et s’il avait une arme dans sa poche ? Sa mort serait alors encore plus rapide. Elle n'oubliait pas non plus qu'elle restait une fille, ayant à peu près 24% de muscle dans le corps alors que le criminel, lui devait en avoir 50%. Le jeune homme continuait d'avancer, mais il revenait toujours au même endroit, tournant en fin de compte en rond, mais la jeune fille ne s'en rendait pas compte. Elle était un peu perdue dans ses pensées, essayant de lutter contre une partie d'elle-même et rentrer sur le campus. Elle savait qu'elle risquait gros en continuant de le suivre en étant seule. Mais il y avait toujours cette partie d'elle-même qui la poussait à tout prix à vouloir aider à arrêter ceux qui causaient des crimes et faisait du mal tout autour d'eux. Elle n'avait jamais compris cette fascination qu'elle avait pour la justice, elle était comme ça à point c'est tout.

Devant autant de détermination beaucoup auraient pu penser qu'elle cherchait à se venger à cause d'un drame qui s'était passé durant son enfance. Comme quelqu'un de proche qui était mort devant ses yeux, un truc comme ça. Mais non il ne s'était rien passé de tout ça, sa mère était décédée d'une maladie et son père... il devait sans doute être vivant quelque part. Lorsque Susan réfléchissait à la question du pourquoi vouloir autant mettre sa vie en danger en faisant ce job, elle se disait qu'en faisant cela elle vengeait les autres personnes. Ceux qui avaient justement perdu des proches, mais qui étaient trop effondrés pour faire ce qu'elle faisait. La jeune fille aurait pu en fait devenir flic, mais c'était le boulot d'avocat qui l'intéressait. Le flic, lui arrête juste le criminel. Susan, elle voulait pouvoir avoir un droit de regard sur la peine qui devait être administrée au tueur. Et elle voulait aussi pouvoir défendre les familles des victimes. La jeune fille ne sachant toujours pas si la meilleure chose à faire était de rentrer ou non se rendit compte que cette fois-ci le jeune homme n'était plus de tout dans son champ de vision. Croyant qu'il était parti beaucoup plus loin elle se laissa entrevoir hors de la pénombre et c'est là qu'elle entendit distinctement la voix du criminel « Si l'on ne se rendait compte que la terre tournait les manèges feraient faillite».

*Merdre, il m'a repéré* la jeune fille se mordit les lèvres et s'en voulut immédiatement. Elle avait manqué énormément de concentration, ce qui l'avait amené à se faire repérer. Mais Susan ne manquait pas de courage, alors au lieu de partie en courant elle avança légèrement vers le criminel. Celui-ci n'avait pas l'air de vouloir tout de suite lui sauter à la gorge pour la tuer. Non au lieu de ça il inspira une bouffée de nicotine et sorti de nouveau quelque mot de sa bouche que la jeune fille écouta avec attention. « Tu comptais me fliquer encore longtemps ? Amusant que tu n'as pas même remarqué que je tournais en rond. Peut-être devrais-tu te contenter d'être une jolie blonde, à moins que... tu avais idée que j'm'arrête à un endroit précis pour me piéger. Dans ce cas, tu es peut-être intéressante... ». Bien que les paroles du jeune homme n'avaient laissé entendre aucune menace envers elle, Susan restait sur ces gardes. Elle s'était fait prendre une fois et ça n'allait plus jamais se reproduire.

Ne voulant pas montrer qu'elle se sentait légèrement désavantager face à lui elle sortit quelque mot d'une manière très franche, sans laisser entrevoir la moindre peur qu'elle pouvait ressentir. Car oui il lui arrivait d'avoir peur, sa détermination la poussait toujours au même moment. Au moment où elle se retrouvait devant un criminel et qu'il fallait agir. Même si elle adorait ça elle ne pouvait pas s'empêcher de ressentir une petite angoisse, car elle risquait sa vie à tout moment. « Waouh je n'ai même pas eu le temps de me vanter de mes nombreuses qualités que tu me qualifies déjà d'intéressante....très bonne déduction. » Elle avança quelques pas vers le manège. « Tu veux savoir pourquoi je ne peux pas juste me contenter d'être une jolie blonde? Mettre du vernis à ongles toute la journée deviendrait trop... lassant à mon goût. Mais fliquer quelqu'un et même si ce quelqu'un tourne en rond ça c'est... très existant je dirais. Chacun son truc après tout, toi tu aimes sentir la vie quitter le corps de la personne sur qui tu as tiré et moi j'aime fliquer les types comme toi». Le jeune homme regardait Susan de la même manière que sur la photo, avec un regard qui ne laissait transparaître aucune émotion. Susan porta alors son regard sur l'animal sur lequel il était assis et continua : « Tu sais ce n'est pas important que tu aies tourné en rond, le plus important c'est que tu te sois arrêté! D'ailleurs qu'est-ce qui tu fais encore là, tu n'as pas peur que les flics arrivent et qu'ils t'arrêtent une fois pour toutes » la jeune fille releva son visage et croisa pour la première fois le regard du jeune homme.




Codage fait par .Jenaa
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Localisation : Gotham
♠ Nombre de Messages : 1256
♠ Nombre de Jetons : 593

♠ Mon Dossier ♠
♠ Pseudo: CherryMoofin
♠ Statut RP : Disponible
♠ Inventaire:
avatar
A. Nemo Nobody
MessageSujet: Re: Search a beautiful lie to believe in ▬ Susan & Nemo   Ven 22 Mar - 20:51







La journée promettait d'être des plus intéressantes ; il ne savait pas vraiment à quoi s'attendre avec cette fille. Il ne lui semblait ne l'avoir jamais vu auparavant, ou bien il ne s'en souvenait pas. Nemo avait une certaine capacité à retenir les informations ; cependant son cerveau faisait bien évidement le tri entre les informations intéressantes et celles qui ne le sont pas. Après tout il n'était qu'un homme, même si l'on avait voulu faire de lui une machine de guerre, il était bel et bien constitué de chair et d'os. Il n'était pas immortel et il le savait, mais il savait surtout qu'il serait assez fort pour se battre contre quelque chose d'aussi immense que son futur ennemi. Il n'avait pas pour objectif de sauver le monde des flammes de l'enfer, il n'avait pas pour projet de devenir le plus grand héros de tous les temps, ni d'être le plus mauvais. Il était le diable, mais finalement sa vie n'était rien de ce que l'on pensait de lui. Nemo n'aspirait qu'à sa venger, à faire payer tout ce qu'on lui avait fait endurer. Il ne cherchait ni la paix ni l'amour, il était un être de violence et de haine. Assis sur ce manège abandonné, tout comme ton enfance. Passé abandonné à l'oublie, abandonné au néant. Rien, plus rien. Tout avait été effacé, comme si rien n'avait existé. Il était seul, il l'avait toujours été et c'était ainsi qu'il concevait désormais sa vie. Détruire. Sa loi était simple : tuer ou être tué. Il n'y avait pas d'alternative, il n'y avait pas d'échappatoire. Pourtant, bien des choses changeaient. Sa vie connaissait détonants tournants. Il ne saurait expliquer ces changements dans sa vie, mais comment aurait-il pu lutter ? C'était sa nature qui reprenait doucement le dessus, la proximité de Trishka dans cette ville le rendait complètement fou, probablement dirions nous qu'il l'était déjà. Mais cette fille stimulait une partie de lui qu'il avait renié et rejeté parce qu'il en avait bien trop souffert, justement à cause de cette fille. Le tueur russe avait étouffé sa partie « humaine », sa partie capable de ressentir quelque chose, pour devenir ce que l'on avait toujours attendu de lui. Mais il ne l'était pas totalement, au fond de lui il avait toujours préparé ce jour qui semblait s'approcher de plus en plus. Gotham serait sa dernière destination finalement, il avait bien trop longtemps trainé ses savates sur cette terre ; il était plus que temps que Nemo Nobody s'arrête et hurle enfin sa colère envers les vrais coupable de sa torture.

Les jambes dans le vide, il se demandait quel plaisir les enfants avaient pu ressentir sur cet animal inerte qui tournait inlassablement en rond comme un imbécile ne sachant dévier de sa triste trajectoire. Il avait beau être brillant, il n'arrivait pas à comprendre ce genre de chose que tout le monde dirait : simple. C'était incompréhensible à ses yeux et ce mystère l'agaçait en tout point ; d'où cette haine envers les enfants car il avait oublié qu'il l'avait été un jour. Ce n'était pas un oubli volontaire, c'était l'histoire de sa vie gommée par l'insupportable traumatisme. Ses yeux azurés observaient la jeune femme, il ne jouait pas les gros bras, il se comportait comme il en avait l'habitude. Avec un réel désintérêt de tout ce qui pouvait bien se passer autour de lui, sans pour autant baisser sa garde. Peu de choses arrivaient à la surprendre, il doutait que cette fille en soit capable. Probablement avait-il trop vécu l'improbable pour se laisser surprendre par quoi que ce soit à ce jour. Elle la jouait impassible, mais son regard fuyant en disait long. Elle empestait la peur à plein nez, pitoyable existence de faible femme, elle ne devait pas avoir grande activité pour se distraire pour être ici et elle était bien jeune. Probablement étudiante, oui c'était certainement le cas. Elle était jolie, elle devait avoir beaucoup d'amis et les hommes à ses pieds, mais cet air coincé ou plutôt frustrée laissait supposer qu'elle n'avait pas l'homme qu'elle voulait ou qu'elle ne l'avait pas encore trouvé. Le beau Nemo ne poussait pas davantage l'analyse de cette adorable créature qui avait l'air bien faible... C'est alors qu'elle répondait, avec un ton de réassurance, presque comme pour se donner du courage à elle-même, il souriait car elle ne venait pas au contact de son regard. Avait-elle peur qu'il soit la méduse de la mythologie et qu'il la transforme en pierre ? La vie aurait été plus simple si son regard avait eu ce pouvoir. La jolie blonde approchait enfin alors il continuait de respirer sa clope ; c'est alors qu'elle lui parlait de ce qui les existait chacun de leur coté avec leurs dit "loisirs". L'homme riait faiblement face aux propos de la jeune femme. Pauvre créature sans esprit. Il ne répondait cependant rien, la laissant finir par une question des plus hilarantes !

Enfin leurs regards se croisaient, plongeant son regard azuré dans celui de la jeune femme qui était tout autant magnifique ; Nobody répondait enfin après avoir expiré la fumée de ses poumons en prenant tout son temps « Ton coté amateur est tout à fait charmant. » son ton était une fois de plus vide et toute émotion, un anglais parfait avec un léger accent russe le caractérisait dans cette voix étrangement évasive. Écrasant sa cigarette sur le derrière de l'animal incapable de se plaindre, il ajoutait en observant la trace de cendre qui marquait le bois « Tu te trompes. Le plaisir est une variable. Tu te fis aux apparences, mais elles ne sont jamais vraies. Le cliché des tueurs qui prennent leur pied en tuant est des plus risibles ; d'ailleurs si ton hypothèse était vraie tu serais déjà morte. Intéressant n'est-ce pas ? » Laissait-il supposer à la jeune femme qu'il était désagréable pour lui de tuer ? Non, il insinuait plutôt que ce n'était pas un plaisir tout simplement, c'était le néant. Il avait longtemps cherché ce plaisir, d'abord ce fut une sorte de fierté d'avoir tué. Mais le regard de Trishka sur son premier combat avait créé ce néant qui le dévorait depuis toutes ces années. Ceci dit, elle pouvait supposer ce qu'elle voulait. Il aimait laisser sa chance au hasard, elle avait le choix de penser ce qu'elle voulait. Une liberté que Nemo n'avait pas toujours eut, elle n'avait pas idée de la valeur de ce qu'il lui laissait par cette phrase. « Pourquoi aurais-je peur ? Crois-tu que la peur nous permet de survivre ? » L'instinct de survie, une chose qu'il avait toujours eut malgré qu'il soit dénué de crainte, c'était comme si son corps agissait sans qu'il ne puisse réfléchir en réponse aux dangers. Il avait survécu, il avait tenu bon toutes ces années, il ne pouvait s'empêcher de croire que c'était sa colère qui le poussait à survivre. Les gens pensaient que c'était la peur, mais c'était faux. C'était la rage. Pour certains c'était la rage de survivre, pour Nemo c'était la rage d'haïr. C'était la peur qui faisait tomber le plus brillant des hommes. La peur rendait les génies stupides et les bons cruels. Il basculait sa jambe droite de l'autre coté de l'animal pour retomber sur ses deux pieds pour faire face à la jeune femme. « Alors vas-tu te décider à me dire ce que tu me veux ou tu préfère cultiver ce suspens insoutenable ? » Il se moquait quelque peu d'elle en parlant de suspens, pourtant il ne semblait pas s'amuser du tout. Il n'avait pas l'air de ceux qui s'amusent souvent, il aimait se donner à de nouvelles expériences mais les amusements et distractions étaient finalement bien rares. Il était lassé ou plutôt blasé des divertissement qu'offraient la vie. Il était cependant moins blasé depuis qu'il avait cette adorable prostituée chez lui, bien sur qu'ils s'amusaient au lit ; mais il ne l'avait pas emmené pour cela. Elle l'intriguait, elle était tellement humaine. Moka distrayait Nemo qui finalement ne ressentait pas le besoin de la détruire, au contraire... Quant à la situation actuelle, il se laissait porter par ce cher hasard.



_________________

✖️ Adam Nemo Matvey Nobody ✖️
I'm a whore a birth of broken dreams




AdamWanted...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gotham-shadow.lebonforum.com/
♠ Nombre de Messages : 59
♠ Nombre de Jetons : 161

♠ Mon Dossier ♠
♠ Pseudo: Lyce
♠ Statut RP : Disponible
♠ Inventaire:
avatar
Susan Hooper
MessageSujet: Re: Search a beautiful lie to believe in ▬ Susan & Nemo   Mar 2 Avr - 17:50

Nemo & Susan
“ Search a beautiful lie to believe in ”



Les yeux dans les yeux, Susan essaya tant bien que mal de soutenir le regard de Nemo. Celui-ci n'ouvrit pas la bouche tout de suite, préférant d'abord inspirer, puis expirer une bouffée de fumée. « Ton côté amateur est tout à fait charmant. » Susan leva les yeux aux ciels, c'était évident qu'il se moquait ouvertement d'elle. Mais celui-ci ne savait pas ce dont la jeune fille était capable. Il s'attendait peut-être à ce qu’après avoir sorti quelque mot de plus de sa bouche elle prendrait ses jambes à son cou et rentrerait chez elle en tremblant de tout son corps? Il était tombé sur la mauvaise fille, son corps lui disait qu'elle avait effectivement peur, mais sa tête lui disait de rester là et de ne pas bouger. Son mental était bien plus fort que son corps qui ressentait de l'angoisse. Il pouvait bien se moquer d'elle, Susan n'en avait rien à faire. Elle le remercia d'un sourire comme s’il lui avait dit avait fait cadeau d'un compliment. Le jeune homme écrasa sa cigarette sur l'animal sur lequel était installé et il ajouta « Tu te trompes. Le plaisir est une variable. Tu te fis aux apparences, mais elles ne sont jamais vraies. Le cliché des tueurs qui prennent leur pied en tuant est des plus risibles ; d'ailleurs si ton hypothèse était vraie tu serais déjà morte. Intéressant n'est-ce pas ? » Il n'avait tout à fait tort, néanmoins ce n'était pas pour ça que Susan était plus rassurée. Il attendait peut-être simplement qu'elle oublie ses craintes avant de lui sauter dessus. Ses craintes et ses peurs envolées elle serait vulnérable ce qui permettrait à Nemo de la mettre à terre en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Oui la peur pouvait tout foutre en l'air pour faire ce travail. Car certains ayant trop peur d'être blessé n'iraient pu au bout et rebrousserait chemin avant même de s'être retrouvé dans la même pièce que le criminel. Mais pour quelqu'un comme Susan, quelqu'une qui irait de toute façon jusqu'au bout, la peur était essentielle. C'était elle qui lui permettait de rester sur ces gardes et de tout faire pour rester en vie. Cette peur lui apportait la preuve qu'elle n'avait pas envie de mourir et qu'il fallait qu'elle fasse les choses bien. À partir du moment ou cette peur disparaîtrait, les choses seraient différentes, sa vie moins précieuse, elle ne se battrait plus comme elle avait l'habitude de le faire. Il valait mieux alors qu'elle se tire elle-même une balle dans la tête avant que quelqu'un d'autre le fasse à sa place. « Je ne comprends pas pourquoi tu continues à gâcher des vies en tuant si tu n'y prends aucun plaisir. Dans la vie on fait les choses soit par plaisir ou par obligation. Qu'est-ce qui pourrait t'obliger à tuer ? » Le jeune homme n'avait toujours pas changé l'expression de son visage depuis qu'elle s'était retrouvée face à lui.

Il était absolument et totalement dénudé d'émotion, de sentiment. C'était dingue de se retrouver face à une personne personne pareil. Susan se demandait même si ce jeune homme pouvait encore ressentir de la douleur lorsque quelqu'un le frappait. Se mettrait-il à crier si quelqu'un lui enfonçait un couteau dans le ventre ou dans le cœur? « Pourquoi aurais-je peur ? Crois-tu que la peur nous permet de survivre ? » La question du jeune homme fit réfléchir Susan pendant un instant. Elle ne s'était jamais vraiment posé la question à savoir : qu'est-ce qui nous permettait de survivre ? Ou du moins qu'est-ce qui lui permettait de survivre elle ? C'est vrai elle n'avait jamais vécu en se posant cette question, elle n'avait jamais connu son père, sa mère était décédée et malgré qu'elle avait habité chez son oncle elle avait toujours été affreusement seule dans cette maison. En fait pendant toutes ces années la jeune fille s'était tout simplement laissée porter par la vie, par les petits moments de bonheur en essayant à tout prix de ne pas se laisser éclater en mille morceaux par les événements qui l'avaient blessé. L'amour d'une famille aurait pu l'aider à maintenir chacun de ces morceaux d'elle à l'intérieur, malheureusement elle n'en avait pas. Ce n'était donc pas ça qui l'avait permet de survivre. Non dans cette bataille pour rester en vie Susan s'était bien rendu compte qu'elle ne pouvait compter sur personne à part sur elle-même. Personne jamais ne l'aiderait à tenir debout, c'était impossible. Pour la jeune fille ce qui la faisait tenir debout en ce moment c'était la rage. La rage de vaincre quelque chose, s'en était certain, mais Susan ne savait encore vraiment quoi. La rage de vivre, de ressentir des tas de choses, des émotions, de crier, pleurée, hurlée. La rage de trouver un sens à sa vie, la rage d'aimer. Sans cette rage Susan aurait déjà baissé les bras depuis longtemps. Elle était d'ailleurs elle-même surprise qu'elle ait tenu le coup pendant tout ce temps. Et qu'elle s'en sortait très bien, sans encombre. Susan n'était pas dépressive, elle n'avait pas envie de se taillader les bras, elle avait juste envie d'être heureuse et de continuer à vivre des moments de bonheur encore longtemps. Aucun jour de sa vie ne serait sacrifié pour rester au fond de son lit à se remémorer tous les mauvais moments de son existence. Susan balaya ses nombreuses pensées d'un revers de la main avant de s'attarder de nouveau sur Nemo. « Tu pourrais avoir peur d'être... privé de... » Elle haussa un peu les épaules avant de continuer « ...de liberté. À moins que tu y sois habitué? » À peine avait-elle dit ces mots que Nemo se mit à bouger une de ces jambes pour finir par se laisser glisser, les deux pieds à terre. Il se retrouva alors face à Susan.

Cette proximité soudaine fit presque bondir hors de sa poitrine le cœur de la jeune fille. Malgré ça elle s'empêcha de détourner le regard et se força à respirer, inspirer calmement. C'était une fille forte, mais il ne fallait tout de même pas oublier qu'elle se trouvait sans doute face au tueur de la mafia le plus dangereux. Une peur plus intense que d'habitude était à prévoir. « Alors vas-tu te décider à me dire ce que tu me veux ou tu préfères cultiver ce suspens insoutenable ? ». La jeune fille croisa les bras sur sa poitrine en remuant la tête de gauche à droite. Il valait mieux pour elle qu'elle ne se remette pas à parler de flic ou même de sa bande tout de suite. Ces mots sorti de sa bouche et leur proximité lui seraient trop fatale. L'endroit où ils se trouvaient était presque désert, personne ne viendrait la sauver si Nemo décidait de lui sauter à la gorge. Même si elle n'allait de toute façon pas s'enfuir en courant, elle commençait de plus en plus à croire qu'elle n'allait jamais pouvoir sortir de cette situation indemne *j'aurais dû rentrer!* Voulant tenter le tout pour le tout Susan se mit à parler. Elle n'était pas stupide son plan ne marcherait certainement pas, mais parler était peut être la seule chose qui pourrait empêcher Nemo de s'en prendre à elle tout de suite. « J'aime le suspens. Et pour répondre à ta question, non je ne crois pas que la peur nous permette de survivre, du moins pas totalement. Personne n'a envie de s’engouffrer un peu trop vite en enfer n'est-ce pas ? » Susan s'arrêta quelque seconde pour soupirer afin de se souvenir de sa théorie sur la question. Elle reprit : « L'amour en fait survivre quelque un, l'amour d'une famille, de son petit ami, de sa femme, de ses enfants... Seulement, il faut déjà en avoir une de famille! » Dit-elle un sourire sans joie sur les lèvres. « En ce qui me concerne, je pense plutôt que c'est la rage de... vaincre quelque chose qui me permet de survivre. Et toi c'est quoi? » Elle regarda Nemo avec curiosité, elle se demandait elle-même qu'est-ce qui pouvait bien permettre à un tueur de la mafia de survivre. La peur ? Non impossible, une personne pareille n'a pas peur de mourir. Une famille? Non, cela comptait bien trop de personnes et l'un d'entre eux l'aurait déjà trahi depuis longtemps. Mais l'amour d'une femme, seule et unique, ça, c'était possible.


Codage fait par .Jenaa

_________________
Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne... « Chaque jour, nous croisons des centaines de regards, dans la rue, dans le métro, au supermarché. Pourquoi ce regard là aurait-il dû tant compter? Il n'y avait aucune raison et cependant... Il a tout changé, irrévocablement. »
Susan Hooper ▬
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Localisation : Gotham
♠ Nombre de Messages : 1256
♠ Nombre de Jetons : 593

♠ Mon Dossier ♠
♠ Pseudo: CherryMoofin
♠ Statut RP : Disponible
♠ Inventaire:
avatar
A. Nemo Nobody
MessageSujet: Re: Search a beautiful lie to believe in ▬ Susan & Nemo   Sam 6 Avr - 13:35







Les gens pensent que le monde n'est constitué que de noir ou de blanc, ils pensent que le mal est une chose qu'il fallait éradiquer du monde. Mais que serait le monde sans la moindre once de méchanceté ? N'est-ce pas la colère qui avait permis les guerres, les révolutions qui ont fait grandir l'humanité ? Les pacifistes et leurs conversations n'ont fait que vendre du vent ! Ne parle t-on pas du célèbre Jules César, de Napoléon Bonaparte, de Louis XIV ou du Général De Gaule ? Qu'ont-ils fait ? La guerre ! Ils ont fait couler le sang et ils étaient devenus aux yeux de tous les héros de l'histoire. Nobody ne voulait pas être un héro, mais ce n'était pas une chose que l'on choisissait comme le prétendaient ses idiots en costumes hideux. Avec des pseudonymes ridicules pour se la jouer mystérieux. Pourquoi ? Parce que dans le fond, eux aussi étaient aussi des criminels qui devaient se cacher. Alors où était le bien ou le mal dans ce monde ? Ceux qui tuent sont le mal ? Et en tuant ces criminels, ne le devenaient-ils pas aussi ? La mort était un sujet qui effrayait, un mot qui choquait, une idée que l'on aimait à repousser. Mourir était une partie de la vie, peu importe la forme de celle-ci. Certains pleurs la mort des autres, ils ne sont pas tristes pour ceux qui partent. Ils sont tristes pour eux même, affreuse forme d'égoïsme et d'égocentrisme. La mort était entrée dans les moeurs comme une chose négative, une chose à éviter aussi longtemps que possible. Nemo savait que son heure approchait et il n'essayait pas de déjouer ou de tromper le temps. Comment pourrait-il refuser ce qu'il avait semé tout ce temps ? Sa revanche sur la vie, il l'aurait. Puis il pourrait sentir ces balles transpercer sa peau pou l'arrêter là, pour le laisser tomber comme il aurait du le faire vingt ans auparavant. C'était comme si les tirs des soldats s'était arrêtés devant ses yeux bleus, qu'ils étaient restés là à le menacer et qui tôt ou tard finiront par fondre sur lui pour achever cette existence d'errance sur cette terre où il était laissé pour mort depuis bien longtemps. Pourquoi continuer ? Par obligation. Qu'elle était mignonne, elle aussi allait donc se mettre à chercher une raison à son comportement ? Personne ne pourrait comprendre, à moins d'avoir vécu ce qu'il avait subi. Il n'était personne, on lui avait donné un but à cette vie sans intérêt : tuer. Un but tout aussi dénué de sens. Gâcher des vies, qui lui avaient demandé d'autorisation pour gâcher la sienne ? Personne ne c'était gêné pour réduire à néant tout ce qu'il avait été, pour le plonger dans l'ignorance au point de ne pas même savoir son nom et de reconnaître sa mère qui crevait à ses cotés abattue comme une chienne... Personne ne lui avait demandé son avis avant de l'enfermé pendant tout ce temps, de le manipuler comme un vulgaire objet. Personne ne lui avait demandé s'il voulait vivre ou mourir. Il aurait choisi la mort.

La liberté ? La plus grande des libertés était la mort, et son attente à lui dans le couloir de la mort était particulièrement longue et chaotique, trop longue même... Était-il libre dans cette attente ? Non, il ne le serait jamais. Enchaîné à ses démons il ne savait trouver de réel repos et il ne savait trouver la raison de fuir pour choisir de vivre. Détruire. Ce seul mot semblait pouvoir le faire tenir encore quelque temps jusqu'à celle-ci. Soupirant faiblement, il plongeait son regard dans celui de la blondinette sans rien lui dire. Aucune réponse aux questions posées. Pourquoi ? Juste parce qu'il n'avait pas envie de répondre, qu'il ne pensait pas que cela soit utile ni pour l'un, ni pour l'autre de connaitre ses motivations dans la vie. Sa vengeance ne regardait que lui, égoïste et solitaire, il ne la partagerait avec personne. Pourtant, dieu savait combien ils étaient nombreux à vouloir faire saigner la mafia russe. Mais au lieu de cela, il lui demandait ce qu'elle voulait, lui laissant supposer qu'il n'avait pas l'intention de rester longtemps en sa compagnie aussi charmante soit-elle. Elle aimait le suspens, pourquoi ne l'aurait-il pas parié ? Doucement il dessinait un sourire sur ses lèvres pour lui répondre « L'enfer est sous nos yeux, tu refuses juste de le voir. Comme tout le monde. » L'enfer c'était cette ville d'indifférence, l'enfer c'était de devoir tuer la femme qu'il aimait, l'enfer c'était d'être abandonné par celle qu'il aurait pu croire capable de le comprendre un jour, l'enfer c'était d'être enfermé pour devenir un monstre, l'enfer c'était d'ouvrir les yeux sur un champ de bataille sans savoir qui l'on est, l'enfer c'est l'incapacité de pleurer ce qui faisait pourtant si mal, l'enfer c'était de vivre...

C'est alors qu'elle se mit à parler de famille, faut-il déjà avoir une famille... Adrian lui avait dit être comme son père. C'était faux, son père était cet homme allongé au sol, raide mort. Les yeux dans le vide, du sang sur les lèvres par un abdomen percé de balles. Sa mère était cette magnifique femme écroulée à ses cotés qui mélangeait ses larmes au sang pour murmurer des mots rassurants dénudé de sens, jusqu'à ce que la mort vienne la cueillir comme un violent courant d'air glacé qui emportait ses « je t'aime Adam ». Comment les oublier ? C'était la première image qu'il avait de ce monde, les douze années précédentes bannies tout jamais, il était né dans l'horreur absolue. La rage de vaincre ? Nemo l'observait vide, mais au fond de lui il sentait surgir de vieux souvenirs sanglants d'une naissance où il aurait voulu mourir lui aussi. Doucement, Nemo faisait glisser son index sur le cheval voisin en suivant la courbe du bois pour répondre à cette dernière question sur la raison de sa survie en empruntant une voix glacée « Le hasard. » Il avait trainé ses savates sur cette terre bien trop longtemps en se laissant guider par la chance et le hasard, combien de temps cette mascarade durera t-elle ? Ce mot semblait avoir déstabilisé la jeune femme, ce n'était pas une réponse courante à cette question. Mais c'était la vérité, le hasard l'avait fait survivre sur ce champ de bataille et l'avait guidé jusqu'ici. « La haine. » Ajoutait-il sur le même ton froid et vide. Cette soif de destruction avait donné cette énergie nécessaire pour vivre. « L'attente. » Cet appel de la mort manquée 20 ans auparavant, il semblait finalement de plus en plus proche... Il avait longtemps attendu la liberté, l'amour, la gloire... Tout cela avait été décevant... Finalement il n'attendait plus rien de la vie que la mort.

Que voulait cette gamine ? La même chose que Lance ? Ou faisait-elle partie de ce groupe d'étudiants se prenant pour les nouveaux justiciers ? Mmmm... D'après ses propres dires la jeune femme avait plus ou moins vendu la mèche dans ce cas. Est-il possible d'être idiote à ce point ? Ou peut être pensait-elle que cela serait trop flagrant pour qu'il fasse le rapprochement ? Dans ce cas, elle le prenait vraiment pour un idiot, chose qu'il ne savait vraiment apprécier mais qui finalement ne savait plus l'atteindre. La vie n'était pas uniquement une question d'obligation ou de choix... Parfois, c'était juste la nature de chacun qui se révèle être ce qu'elle est. Il parait que cette nature change et évolue. Nemo n'avait aucune autre nature que celle que l'on lui avait donné et créée. « Tu sais, ce petit jeu des questions peu durer encore très longtemps comme je pourrais l'arrêter tout de suite. » Il n'avait pas dégainé son arme à ses mots, ce serait bien trop tendu, déjà qu'il sentait que cette fille n'était pas très à son aise face au tueur qu'il était. « Dis-moi ce que tu veux ? Me conduire en prison avec tes petits poings ou peut-être me demander d'être moins cruel ? Un conseil les enfants ; ne vous mettez pas au travers de mon chemin car je ne ferais aucune différence entre ma cible et les innocents. Ma mort viendra, mais vous n'êtes pas à la hauteur alors laissez faire les autres. » Sa voix c'était montré plus expressive à cet instant d'une certaine fragilité quelque peu masqué par cette froideur. Non, il ne ferait aucune différence parce qu'il ne voulait pas manquer sa vengeance pour une poigné de gamins fouineurs. Alors, c'était à elle de tenir ses troupes loin de lui, il avait ainsi passé le message.



_________________

✖️ Adam Nemo Matvey Nobody ✖️
I'm a whore a birth of broken dreams




AdamWanted...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gotham-shadow.lebonforum.com/
♠ Nombre de Messages : 59
♠ Nombre de Jetons : 161

♠ Mon Dossier ♠
♠ Pseudo: Lyce
♠ Statut RP : Disponible
♠ Inventaire:
avatar
Susan Hooper
MessageSujet: Re: Search a beautiful lie to believe in ▬ Susan & Nemo   Mer 10 Avr - 11:02

Nemo & Susan
“ Search a beautiful lie to believe in ”



Le jeune homme restait silencieux, sans doute perdu dans ces pensées très noires. Attendant qu'il dise un mot, la jeune fille repensait à la manière dont elle avait prononcé les mots « il faut déjà en avoir une de famille ». Elle les avait dits un peu comme si elle n'en avait jamais eu. Comme si personne n'avait jamais voulu d'elle et l'avait abandonné. Hors ce n'était pas vrai, sa mère ne l'avait jamais abonné, c'était la maladie qui l'avait fait s'en aller. Sa mère avait été sa famille. Pas la peine d'avoir 2 oncles et tantes, des grands-parents, une seule personne suffit à porter le nom de famille. Malheureusement plus les années passaient plus Susan avait du mal à s'en souvenir. Même en fouillant très profondément dans sa mémoire elle n'arrivait plus à ce souvenir du visage de sa mère. Tout devenait de plus en plus flou, même le son de sa voix semblait avoir disparu de sa mémoire. Et son odeur, un mélange de parfum et de savon de lessive. La jeune fille aimait étant petite serrer très fort sa mère contre elle et inspirer profondément l'odeur qu'elle dégageait. Ne plus se souvenir de tout ce qui faisait de sa mère ce qu'elle était, était une épreuve difficile à surmonter pour Susan. Certains disaient que vu son très jeune âge lors de la perte de sa mère c'était normal, que ça faisait partie de la vie, l'oubli faisait partie de la vie. D'autres disaient que Susan avait peut être inconsciemment enfui les souvenirs de sa mère pour se protéger et pour ne pas souffrir de sa mort. Peu importe ce que tous ces gens disaient, aux yeux de Susan c'était quelque chose de terrible de ne plus se rappeler de la seule personne qui ne l'a jamais laissé tomber. Elle ressentait presque qu'une honte de ne voir que ce visage flou lorsqu'elle essayait de visualiser celui de sa mère. Parfois lorsque la jeune fille se regardait dans le miroir elle pouvait l'apercevoir en elle, mais ça ne suffisait pas. Le manque allait de plus en plus se faire ressentir elle n'en avait plus aucun doute, mais pourquoi maintenant ? Selon Susan, passé le cap des 20 ans, le cap de la vie d'adulte y était pour quelque chose. Malgré son absence son oncle Bob avait été là pour renforcer une carapace dans laquelle elle s'était réfugiée pour ne pas souffrir des événements qui auraient pu la blesser. Elle avait passé la période de l'enfance et de l'adolescence sans trop d'encombres. Mais maintenant que la vie d'adulte était à sa portée, Susan se rendait compte que la carapace qu'elle s'était forgée avec son oncle était en train de se fissurer tout doucement. Et puis même si la jeune fille ne se rappelait plus vraiment ce que c'était d'avoir une maman elle imaginait que chaque enfant en avait besoin à un moment ou à un autre. Pour Susan c'était le moment. Elle avait besoin de savoir si sa mère était fière d'elle, si les choix qu'elle avait faits jusqu'à présent étaient les bons. Est-ce qu'elle devait encore garder espoir pour ce garçon qu'elle appréciait de plus en plus ? Toutes ces questions restaient en suspens et le resteraient pour toujours.

Susan devait se faire violence et se l'encrer dans la tête. Elle sortit de ces pensées lorsqu'un faible soupire venant du tueur se fit entendre. Cependant, il resta silencieux, comme ci c'était trop difficile pour lui d’ouvrir la bouche ou sans aucune utilité. Elle n'entendra donc jamais de sa bouche qu'il tue par obligation, mais c'était bien ça. Susan se demanda alors comment un tueur pouvait-il se retrouver dans une situation pareille. Tuer par obligation, est-ce qu'il avait finalement une famille à nourrir et que la seule chose qu'il savait faire c'était tuer ? Où alors il y avait l'option du chantage, mais c'était un peu trop improbable pour un membre de la mafia russe. La jeune fille arrêta de se poser toutes ces questions qui finalement allaient lui donner mal à la tête. De toute façon, ce n'était pas la peine de s'attarder un peu trop sur ce pourquoi le jeune homme devait tuer. Il le fessait c'était tout, il n'en fallait pas plus pour qu'il fasse partie de la liste des personnes à mettre hors d'état de nuire. Les yeux de Nemo plongé dans ceux de Susan, elle le vit sourire avant de lui répondre :« L'enfer est sous nos yeux, tu refuses juste de le voir. Comme tout le monde. » Susan ne bougea pas d'un cil, son sourire était plus effrayant qu'autre chose - mais elle approuva sa remarque. Oui l'enfer était bien sous nos yeux et oui elle refusait de le voir. Elle n'avait pas passé toutes ces années à faire en sorte que sa vie soit la meilleure qui soit pour s'entendre dire un jour que la vie sur terre est un enfer. Même si elle avait des tas de raisons de le dire, c'était hors de question de se l'avouer. Imaginer que l'enfer était dans un autre monde et de ne voir que la beauté des choses sur la terre était en quelque sorte sa force. Nemo passa l'un de ces doigts sur un des cheveux inertes avant d’enchaîner 3 mots à la suite : « Le hasard, la haine, l'attente. » Susan était passé d'un état à l'autre en moins de 30 secondes. D'abord elle s'était posée plusieurs questions, ensuite elle avait acquiescé, pour finir par être dans une totale incompréhension. D'accord c'était peut-être par pur hasard qu'il était encore en vie, donc il semblerait que le jeune homme ne choisisse pas vraiment de vivre. À moins qu'elle soit à côté de la plaque? Elle comprenait pour la haine, par contre qu'est ce que l'attente venait faire là-dedans. Attendait-il quelqu'un? Une délivrance? En plus de sa manière d'être, totalement effrayante, même les mots qui sortaient de la bouche de ce type et ses motivations étaient étranges.

Alors que la jeune fille se posait un tas de questions le jeune homme continua, mais cette fois ci avec un ton différent de ce qu'elle avait entendu jusqu'à présent. « Tu sais, ce petit jeu des questions peut durer encore très longtemps comme je pourrais l'arrêter tout de suite. Dis-moi ce que tu veux? Me conduire en prison avec tes petits poings ou peut-être me demander d'être moins cruel? Un conseil les enfants ; ne vous mettez pas au travers de mon chemin, car je ne ferais aucune différence entre ma cible et les innocents. Ma mort viendra, mais vous n'êtes pas à la hauteur alors laissez faire les autres. » Susan entendit vaguement toutes les paroles de Nemo tellement elle était restée fixer sur des mots qui la rabaissaient un peu trop à son goût. « Mes petits poings? » dit elle, faisant des yeux ronds. Ce n'était certainement pas le moment et la personne appropriés, mais Susan ne put s'en empêcher. Elle détestait que les garçons considèrent les femmes comme des petites poupées, comme si celle-ci ne savait pas donner un coup quand il le fallait. « J'ai jamais compris cet air si supérieur lorsque vous les hommes vous parlez des femmes. Comme si on était toutes que des petites poupées préparées à être brisées en deux par vos mains. » Susan s'empêcha de partir dans un très long monologue afin d'expliquer au jeune homme que les femmes sont fortes et ne sont pas de simple joujoux. Elle fit disparaître ses pensées d'un revers de la main et continua : « Tu sais quoi, j'ai eu ce que je voulais, j'ai fait la causette avec un tueur, c'est ce que je devais faire de ma journée. » Elle s'apprêta à s éloigner de quelques pas quand elle décida de s'arrêter. Elle était peut-être un peu dingue, et ces prochaines paroles pourraient lui coûter gros, mais cela n'avait pas d'importance. Elle inspira profondément, essayant de se convaincre que ces paroles n'allaient pas persuader le jeune homme de faire une connerie. Il avait passé un message et elle ne pouvait pas s'empêcher de faire de même, aussi ridicule semblait-il être: « Autre chose, tu as raison nous ne sommes pas à la hauteur, je ne suis pas à la hauteur. Et ce n'est pas la peine de se lancer des baffes maintenant, tu aurais trop facile à me mettre à terre et ça ne serait pas drôle. Mais un jour viendra où je serais de taille. Si ces idiots de flics ne t'auront toujours arrêté, je pense qu'un petit face à face entre nous pourrait être... intéressant ». Elle s'attendait à l'entendre rire et c'est ce qu'elle attendait. Évidemment, qu'il la prenait pour une petite blonde ayant un peu trop regardé les films avec des superhéros, rêvant de sauver la planète à elle seule. Le but de la manœuvre était qu'il la prenne, elle et son groupe pour des petits idiots rêvant de grandeur, inoffensif et sans danger. Elle avait d'ailleurs fait exprès d'avoir l'air un peu trop sur d'elle pour qu'il le croie. Son plan allait-il marcher?


Codage fait par .Jenaa

_________________
Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne... « Chaque jour, nous croisons des centaines de regards, dans la rue, dans le métro, au supermarché. Pourquoi ce regard là aurait-il dû tant compter? Il n'y avait aucune raison et cependant... Il a tout changé, irrévocablement. »
Susan Hooper ▬
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Localisation : Gotham
♠ Nombre de Messages : 1256
♠ Nombre de Jetons : 593

♠ Mon Dossier ♠
♠ Pseudo: CherryMoofin
♠ Statut RP : Disponible
♠ Inventaire:
avatar
A. Nemo Nobody
MessageSujet: Re: Search a beautiful lie to believe in ▬ Susan & Nemo   Sam 13 Avr - 19:51







Elle réagissait comme une stupide gamine féministe qui ne savait faire la part des choses. Avec ses yeux ronds, elle lui faisait à cet instant tout simplement pitié. Elle ne savait vraisemblablement pas rester à sa place et Nemo était juste écœuré face à ce genre de comportement de femmes qui ne savent que faire du vent. Des menaces, tout le monde pouvait en faire, les tenir était tout à fait autre chose. Un peu comme les promesses, sauf que Nemo n'avait jamais été sur ce terrain là. Pourquoi promettre ? Pourquoi s'engager ? Mais n'était-il pas marié d'une certaine façon ? Cette femme... Elle était morte, il avait épousé la mort, rien de plus. Jamais n'aurait-il accepté cette union si cette femme n'était pas juste mourante, s'il n'avait pas eu besoin ce jour là au fond de lui d'entendre qu'il était quelqu'un de bien. Mais il ne l'était pas, il n'était pas naïf. Il ne savait même pas expliqué ce besoin étrange qu'il avait ressenti ce jour là, c'était passé désormais. Un air supérieur ? Il l'était. Ce n'était qu'une petite gamine, elle ne savait de quoi elle parlait. Leur force ? Etre en nombre, mais ils ne faisaient pas le poids ; car même à l'agonie il continuerait à se battre jusqu'à ce que la mort emporte son dernier souffle. Qui avait cette volonté de détruire en ce monde qui puisse l'égaler ? Certainement pas elle. Nemo ne répondait pas, il n'avait rien à répondre. Cette fille se croyait capable de rivaliser ? Qu'elle essaie, il lui prouverait tout simplement le contraire. Elle était jeune, et c'était une femme. Discourt de mec arrogant ? Pas le moins du monde, Nemo était un être mathématique et les probabilités qu'elle puisse le battre à mains nues étaient nulles. Il n'y avait aucune alternative, aucune chose qui puisse faire basculer le tout en la faveur de cette blondinette. Il était plus fort, qu'elle l'accepte ou parte. Pourquoi les gens refusaient d'accepter ce genre de choses ? Il avait bien accepté d'être personne, en quoi cela puisse être horrible d'être moins fort qu'une personne qui ait renoncé à sa propre existence ? N'écoutant plus cette jeune femme, Nemo l'observait s'en aller. Elle tournait le dos à un homme comme lui. Insouciante ou insolente ? Quoi qu'il en soit, cela faisait d'elle une créature pathétique dénuée d'intérêt par sa stupidité si immense. Comment les gens peuvent-ils être idiots à ce point ? Il aurait pu l'abattre là, comme une vulgaire biche traquée par le chasseur. Mais il ne fit rien, elle n'en valait pas la peine. Pourquoi tuerait-il cette chose insignifiante ? Il avait passé le cap du : « je tue, pour voir si un jour cette fameuse étincelle vient. » Sa dernière victime pour cela : May Parker... Est-ce qu'il regrettait toutes ces victimes injustifiées ? Non, il s'en fichait. Il n'y avait rien en son coeur d'autre que le néant et peut-être quelque part une place pour Trishka Eragovna.

Alors qu'il pensait enfin être débarrassé de cette curieuse, elle fit volte face. Il l'observait de son regard azuré vide d'émotion alors qu'elle lui fit par de ses illusions d'un face à face avec lui. Il jurait que s'il sortait son arme elle se mettrait à trembler comme une enfant, juste parce que c'était ce qu'elle était. Nobody restait silencieux, partagé entre l'envie de lui rire au nez ou de lui en coller une pour lui remettre les idées en place. Il ne mit pas très longtemps à se décider, saisissant la jeune femme par le col il la plaquait contre ce cheval de bois peu confortable, la forçant à user de souplesse dorsale plongeant son regard dans le sien, il bloquait ses jambes avec l'une des siennes pour l'empêcher d'avoir un reflexe tout à fait féminin qui consistait à un coup fort bien placé à un endroit assez sensible de l'anatomie masculine. Un coup lâche auquel il ne se laissait plus prendre depuis bien longtemps. « Cesses d'être aussi stupide. » remettant la créature sur ses jambes à la verticale il la poussait violemment en arrière lassé de son numéro sans intérêt à ses yeux, si elle cherchait à l'impressionner il lui faudrait être plus pertinente et cesser de se faire passer pour une bécasse. « Je n'ai que faire des menaces d'une enfant. Un jour tu seras peut-être prête, mais aujourd'hui ça n'est pas le cas. » Une enfant... Probablement par ce fait qu'il avait perdu patience, lui et son amertume envers ces morceaux d'êtres humains insignifiants. Elle se comportait comme une enfant, et il n'arrivait pas le supporter. Le contact avec ce genre de choses et sa personne était nul. Nemo haïssait ces créatures dépourvues d'intelligence. Si un jour elle serait prête, il serait déjà mort. Elle était un peu comme cet idiot de Nate... Nobody soupirait doucement, cette situation devenait risible. Si elle voulait l'intéresser, qu'elle se comporte en adulte. « Tu te trahis, tu empestes la peur blondinette. Tu n'es pas prête. Tuer n'est pas aussi simple, tuer c'est se tuer également. Tu voudrais que je te prenne au sérieux ? Commence par l'être, car jouer l'enfant à ton âge c'est peut être un peu trop tu ne crois pas ? Ne me fais pas croire que tu es une chose débile. Si les femmes sont des créatures faibles, elles ne sont pas moins ingénieuses et savantes. » Ajoutait-il d'un ton sec et froid qui laissait supposer qu'il ne voulait pas que cet entretien dure d'avantage. Cela avait fait son temps, trop de temps même. Elle jouait mal, les mauvaises cartes avaient été posées. Il n'aimait pas les gens qui voulaient se faire passer pour des idiots, c'était en quelque sorte le faire passer lui-même pour un idiot. Il ne se laissait plus prendre à ce genre de plaisanterie. Se sentirait-elle valorisé qu'il disse du bien des femmes ? Ce n'était pas le but de la manœuvre, il ne disait que la pure vérité par expérience. Si Trishka avait su le mettre dans cet état, n'était-ce pas parce qu'elle avait su voler une partie de lui qu'il ne voulait pas voir, mais c'était là. C'était ancré en lui et il ne pourrait jamais lutter bien longtemps avant de lui tomber dans les bras. Il l'avait dans la peau, comment aurait-il pu faire autrement ? Elle avait fait cela sans qu'il ne puisse s'en rendre compte, l'emprisonnant à jamais de lui appartenir. « Je ne t'avertirais pas une autre fois. Alors n'oublie pas ce que je t'ai dis si vous voulez vivre. Si tu veux vivre. » Qu'elle ne se mette pas au travers de sa route, ni à ce jour, ni à cet instant. Si elle tentait quelque chose, il en aurait pour dix secondes à lui tordre le cou à lui briser les vertèbres cervicales arrêtant net sa pathétique existence. Cela ne savait déprendre que d'elle à présent, il était si prêt du but, et des enfants ne sauront gâcher cette revanche car il les tuerait aussi et cela sans le moindre regret. Tirant doucement son paquet de cigarette, il prenait une seconde cigarette en laissant son regard se perdre dans ce paysage morbide, cette journée s’avérait tout simplement sans intérêt...



_________________

✖️ Adam Nemo Matvey Nobody ✖️
I'm a whore a birth of broken dreams




AdamWanted...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gotham-shadow.lebonforum.com/
♠ Nombre de Messages : 59
♠ Nombre de Jetons : 161

♠ Mon Dossier ♠
♠ Pseudo: Lyce
♠ Statut RP : Disponible
♠ Inventaire:
avatar
Susan Hooper
MessageSujet: Re: Search a beautiful lie to believe in ▬ Susan & Nemo   Mar 21 Mai - 18:54

Nemo & Susan
“ Search a beautiful lie to believe in ”



Susan attendait une réponse du tueur, ou du moins une réaction. Un rire, un mouvement de la bouche....mais rien, il ne bougea pas d'un cil. Alors que Susan était sur le point de s'en aller pour de bon le jeune homme l'empoigna par le col et la plaqua contre un cheval. Choquée par la violence avec laquelle elle l'avait attrapé, Susan ne put s'empêcher de regarder le tueur avec des yeux ronds, elle déglutit et essaya tant bien que mal de respirer. Elle avait beau essayer de ne pas montrer qu'elle avait été surprise et qu'elle était en pleine panique son corps était en train de la trahir. C'était encore une preuve qu'elle n'était pas prête. Comment pourrait-on la prendre au sérieux si elle ne parvenait pas à cacher sa peur ? À l'intérieur elle pouvait laisser se passer des tas de choses, mais pas à l'extérieur. Elle allait devoir faire un travail sur elle afin qu'elle ne soit plus coupée en deux. Sa tête et son corps devaient faire plus qu'un. La jeune fille pensa en une fraction de seconde à essayer de se dégager, mais ce n'était pas la peine. Il risquait de lui faire pire que de la plaquer sur un cheval en bois. Le jeune homme la tenait avec ses grandes mains fortes et il bloquait ses jambes, ce qui rendait sa fuite impossible. Sa poitrine se souleva au rythme de sa respiration qui se fit plus rapide. Malgré que sa tension artérielle venait de grimper en flèche et que son cœur menaçait de s'extirper de sa poitrine, Susan essayait de se rassurer. Si ce type avait voulu la tuer pourquoi ne pas l'avoir fait dès qu'il l'avait repéré. S’il la tuait maintenant son action serait incompréhensible. « Cesse d'être aussi stupide. » Lui dit-il . La jeune fille le regarda dans les yeux sans rien dire. Après quelques secondes il la lâcha, semblant l'aider à se remettre sur ses jambes, sauf qu'il la poussa une nouvelle fois violemment sur le cheval. Susan en avait assez d'être traitée comme un vulgaire pantin, servant juste à se défouler. Il se prenait pour qui pour la malmener de cette façon ? Décidément, elle ne comprendrait jamais les criminels. La jeune blonde essayait toujours de croire que chaque personne pouvait être sauvée et que même si elle s'était rangée du côté du mal il y aurait toujours un moyen de faire marche arrière. Mais plus les jours passaient et plus elle se disait que certains mériteraient simplement de subir le même sort que leur victime. Le tueur qu'elle avait face à elle en faisait partie.

Quoiqu'elle fût surprise qu'il exprime une émotion, lui qui avait été tellement indifférent depuis qu'ils s'étaient retrouvés face à face. Même si ce type avait éprouvé de la violence à son égard rien ne garantissait qu'il éprouverait un jour une émotion moins négative. Qu'il aille en enfer c'est tout ce qu'il méritait. Elle aurait tellement voulu lui en mettre une en pleine figure, c'est ça qu'il méritait. La prison ne serait pas encore assez pour tes types dans son genre, ce sont des claques qui lui feraient du bien. Susan se remit droite sur ses jambes et n'ouvrit pas la bouche. Même si elle ne pensait pas que le tueur allait lui sauter dessus une nouvelle fois il fallait peut-être mieux qu'elle ne dise plus rien qui pourrait le contrarier. Sa vie en dépendait. Elle aurait encore bien voulu lui rétorquer quelque chose, mais sa vie valait plus que quelques paroles qu'elle aurait voulu lui dire. Il sortit encore quelque mot de sa bouche : « Je n'ai que faire des menaces d'une enfant. Un jour tu seras peut-être prête, mais aujourd'hui ça n'est pas le cas. » Il n'avait pas tout à fait tort, mais ce n'était pas non plus la nouvelle de l'année. Susan savait très bien qu'elle n'était pas encore prête. Ce n'était pas la peur le problème, la peur était très importante dans ce genre de situation. Elle était là pour stimuler et pour ne pas se laisser mourir. Non le problème était qu'elle ne se salirait jamais autant les mains que lui. Se battre c'était facile, mais face à ce genre d'individu donner quelques coups ne suffirait pas. Ils sont créés pour se battre jusqu'à la mort, il faudrait donc le tuer. Dans d'autres cas combien lui a-t-il fallu de temps pour arriver à traiter un être humain, une femme comme si c'était juste une poupée ? S'en doute des années, toute une vie. La jeune fille était consciente qu'elle ne serait jamais à la hauteur pour tuer quelqu'un en ayant la conviction que cette personne n'est pas plus importante qu'une poussière. Que sa vie n'a aucune valeur. Penser de cette façon serait contre les convictions de la jeune fille. Susan s'était engagée dans les Rebels pour accomplir quelque action, mais en aucun cas pour devenir une meurtrière à son tour. Pourtant en continuant à côtoyer des dangereux criminels c'est ce qu'elle allait devenir non? Sa colère et son incompréhension envers ceux qui n'ont aucun remords à supprimer la vie d'innoncent auraient sûrement raison d'elle à un moment donné ?

Toutes ces questions trottaient dans la tête de la jeune fille jusqu'au moment où le meurtrier prit de nouveau la parole : « Tu te trahis, tu empestes la peur blondinette. Tu n'es pas prête. Tuer n'est pas aussi simple, tuer c'est se tuer également. Tu voudrais que je te prenne au sérieux ? Commence par l'être, car jouer l'enfant à ton âge c'est peut-être un peu trop tu ne crois pas ? Ne me fais pas croire que tu es une chose débile. Si les femmes sont des créatures faibles, elles ne sont pas moins ingénieuses et savantes. » Susan qui avait gardé la tête pratiquement baissée ayant peur de croiser le regard du tueur leva les yeux à nouveau. Sa peur avait disparu, elle se reprit en main. Après tout pourquoi aurait-elle peur d'un type pareil ? Il ne méritait pas qu'elle lui montre qu'elle le craignait, ni même qu'elle se sentait en désavantage depuis le début. Cela lui ferait bien trop plaisir. Il s'acharnait à traiter les femmes comme des moins que rien ce qui énervait de plus en plus la jeune fille. Comment pouvait-il oser les appeler créature? Comment était-il arrivé à devenir ce qu'elle avait devant elle. Susan espérait au moins que si il avait si facile d'appeler les femmes des créatures, il n'aurait pas difficile de s'appelle le monstre. Comme pour conclure la conversation le tueur lança: « Je ne t'avertirais pas une autre fois. Alors n'oublie pas ce que je t'ai dit si vous voulez vivre. Si tu veux vivre. » Susan laissa échapper un petit sourire sur ces lèvres. D'abord, il était resté totalement indifférent, ensuite il l'avait attrapé violemment et maintenant il lui donnait un conseil pour qu'elle survive. Qu'est ce qu'il voulait qu'elle en fasse de ce conseil ? Après cette conversation c'était certains qu'elle n'allait pas vouloir le lâcher , d'un autre côté elle ne savait pas ce que cette traque permanente allait faire d'elle. Susan décida de laisser ses questions en suspens pour le moment. « Ouais, je m'en souviendrais. » Elle se retint de lui balancer qu'elle n'était pas une créature, se disant qu'il avait réellement un problème d’ego. « De toute façon si c'est pas moi qui aie la chance de te faire ramper par terre quelqu'un d'autre le fera. Un jour ou l'autre on tombe tous sur plus malin que soi. Mais ça, tu le sais n'est-ce pas ?». lui dit-elle, le regardant sortir de son paquet une cigarette.


Codage fait par .Jenaa

_________________
Et ma vie pour tes yeux lentement s'empoisonne... « Chaque jour, nous croisons des centaines de regards, dans la rue, dans le métro, au supermarché. Pourquoi ce regard là aurait-il dû tant compter? Il n'y avait aucune raison et cependant... Il a tout changé, irrévocablement. »
Susan Hooper ▬
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
♠ Localisation : Gotham
♠ Nombre de Messages : 1256
♠ Nombre de Jetons : 593

♠ Mon Dossier ♠
♠ Pseudo: CherryMoofin
♠ Statut RP : Disponible
♠ Inventaire:
avatar
A. Nemo Nobody
MessageSujet: Re: Search a beautiful lie to believe in ▬ Susan & Nemo   Dim 26 Mai - 12:35







Elle avait baissé les yeux, il avait eu raison. C'était si difficile pour les gens d'admettre qu'ils avaient peur, finalement il commençait à avoir un peu d'estime pour la jolie blonde. Elle savait ce qu'elle valait, elle connaissait ses limites et dans le fond elle était bien plus sage qu'il ne l'était lui même. D'ailleurs où est-ce que les gens ont-ils pu voir que Nemo était sage ? Trop prêt à prendre des risques, il n'hésitait jamais à mettre sa vie en danger et surtout la vie des autres. Il n'avait pas vraiment la maitrise de ses limites, il se disait qu'il le saurait en tant voulu : le jour de sa mort. Nemo n'avait pas peur, il ne pouvait pas par ce fait être sage un jour. Il risquait tout parce qu'il n'avait strictement rien à perdre. Sa vie n'avait pas le moindre sens, il était prêt à souffrir et à mourir depuis le premier jour. Elle relève les yeux par fierté, elle était amusante à ses yeux. Intéressante ? Un peu, mais ce n'était qu'une gamine. Et probablement qu'une main suffirait pour la tuer. Il la mettait en garde une ultime fois, il n'allait pas lui dire ce qu'il avait l'attention de faire, il était déjà bien aimable de la prévenir du danger. D'ailleurs c'était là une première, peut-être l'ennui... Alors qu'allait-elle s'imaginer ? Qu'il s'en prendrait à la mairie de Gotham ? La Police ? Le tribunal ? L'asile ? Les grandes entreprises ? Les banques ? Elle allait probablement tout imaginer, sauf la mafia. Si même ses propres rangs ne se doutaient de rien, elle ne pouvait être qu'à des années lumières de la vérité. Les gens se font de fausses idées sur l'unité des bandes organisées de criminels, Nemo allait briser le mythe. Lui, la machine, le monstre de la mafia, il était leur propriété depuis le début. La bas, ils ne conaissaient pas la déclaration des droits de l'homme, la justice n'était pas pour tout le monde, la justice était une sublime connerie pour mieux semer l'anarchie. Pourtant il sentait qu'elle ne le lâcherait pas maintenant qu'il avait osé s'aventurer sur son territoire à elle. Mais il serait là, il la tuerait si elle osait se mettre au travers de sa route, il n'était pas au premier misérable insecte qu'il écrasera. Dommage pour elle... Beaucoup allaient mourir, une vie de plus ou de moins, cela n'avait pas d'importance à ses yeux. Des innocents étaient à sacrifier, si on pouvait vraiment les appeler ainsi...

Il sortait son paquet de cigarette, partant à la recherche de son briquet tombé dans le fond de sa poche, l'homme l'allumait tranquillement en l'écoutant répondre. Elle l'interrogeait et il lui adressait un léger sourire en recrachant la fumée se trouvant dans ses poumons dans un nuage qui s'évaporait. « Tu as raison. Un jour ce sera mon tour. » On y passait tous, et s'il arrivait a tenir encore et encore, d'ici quelque année son corps serait bien trop épuisé pour continuer la lutte. Les plus lâches attendaient qu'il touche la quarantaine pour passer à l'attaque. « Mon espérance de vie est particulièrement courte, mais qu'importe ? » Personne ne l'attendait nulle part... Alors il pouvait bien mourir, on se souviendrait de Nemo la machine, Nobody le monstre. On se souviendrait des victimes et de la façon dont elles avaient souffert mais pas de lui. Mais bientôt on se souviendrait de lui comme le traite qui avait terrassé les troupes d'Ilyas, on se souviendrait du monstre qui était devenu incontrôlable et que seul la mort avait pu permettre de reprendre le contrôle. Briser ses chaines avait un prix, mais il s'en fichait. Il ne voulait rien laisser à ce monde, il n'y avait à ses yeux aucune raison pour qu'il continue ainsi. Alors il voulait laisser exploser sa haine, et qu'un jour Adrian se rende compte qu'il aurait eut mieux fait de l'achever le jour où il l'avait trouvé plutôt que d'en faire ce qu'il en avait fait. Tout cela serait de sa faute, de ce qu'il avait crée et finalement de tout ce qu'il avait détruit... Nemo passait doucement sa main derrière sa nuque, il devait faire tout cela. Il devait tous les détruire, il le ferait envers et contre tous. Il le ferait parce qu'il n'y avait que ça finalement qui comptait... « Crois tu que les gens méritent qu'on se batte pour eux ? L'humain est un être égoïste, si tu n'avais pas un aussi joli petit cul et cet adorable minois... Crois tu que les gens te calculeraient encore ? Crois-tu que si les lois ne l'obligeaient pas, les gens s’entre-tueraient-il pas tous ? Je viens d'un endroit où il n'y a ni règles ni loi, si ce n'est celle du plus fort... Alors crois-tu que j'ai peur de souffrir ou de mourir ? Je suis prêt pour ça depuis de début... » Oui, depuis le commencement de sa chienne de vie il s'était préparé à souffrir et à mourir. Il n'avait pas peur, alors les menaces de la jeune femme ne savaient l'effrayer. Nobody se fichait de tout, de la vie, de l'espoir... Il n'y avait plus rien. Tout était à feu et à sang dans son coeur.

Un jour se serait la fin du jeu, un jour il devrait tomber à genoux, le corps criblés de balles. Un jour il devrait cesser de lutter, il devrait s'éteindre et laisser les autres souffrir. Il devrait céder sa place dans ce monde, la lumière devra quitter ses yeux sublime sans que jamais il ne puisse connaitre toutes ses choses dites merveilleuses qu'est l'amour et le bonheur. Il n'avait aucun regret, il était prêt depuis le début. Il était préparé à n'être personne, à ne vivre que pour détruire. Il avait troqué sa vie pour la mort, il avait donné tout ce qu'il était au nom du chaos. Un jour ce sera fini et il serait enfin en paix. Il continuait de fumer avant d'ajouter d'un ton calme « As-tu encore quelque chose à me dire ? » Signifiant clairement son ennuie en sa compagnie. Il aurait adoré philosopher davantage mais il avait bien mieux à faire.




_________________

✖️ Adam Nemo Matvey Nobody ✖️
I'm a whore a birth of broken dreams




AdamWanted...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gotham-shadow.lebonforum.com/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Search a beautiful lie to believe in ▬ Susan & Nemo   

Revenir en haut Aller en bas
 

Search a beautiful lie to believe in ▬ Susan & Nemo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Beautiful agony
» Hobby Search
» Lady Susan
» [SOFT] SEARCH.CH : Faire des recherches [Gratuit]
» Star Trek III: The Search for Spock

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham Shadow :: 'Cause it's Just a Game ! :: V1 :: LES RPS-