Le deal à ne pas rater :
PC Portable Gamer 16” ASUS ROG Zephyrus G16
1639.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 Cover your eyes, The Devil's inside ▬ Lullaby & Nemo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
♠ Localisation : Gotham
♠ Nombre de Messages : 1256
♠ Nombre de Jetons : 593

♠ Mon Dossier ♠
♠ Pseudo: CherryMoofin
♠ Statut RP : Disponible
♠ Inventaire:
A. Nemo Nobody
A. Nemo Nobody
MessageSujet: Cover your eyes, The Devil's inside ▬ Lullaby & Nemo   Cover your eyes, The Devil's inside ▬ Lullaby & Nemo I_icon_minitimeLun 7 Jan - 22:02

Cover your eyes, The Devil's inside ▬ Lullaby & Nemo Tumblr_lwn0djE6Wc1r0dhtao1_500

Chaque jour passé à Gotham le transformait, il ne savait pas vraiment s'il atteindrait finalement ce qu'il voulait, mais jamais Nobody n'avait désiré une chose avec tant de passion, il pouvait atteindre cet objectif, c'était comme une violente étincelle dans sa vie, alors était-ce vrai ? Gotham était la ville du crime ? Une ville qui pouvait tout changer, une ville où même l'âme la plus pure puisse devenir une véritable ordure, et lui ? Et bien il semblait que la lassitude s'en allait pour laisser place à un but à sa vie, comme si son imagination explosait depuis qu'il était là. Nemo s'était montré particulièrement créatif dans ses meurtres depuis quelque temps et si la mafia s'en réjouissait, ils étaient à des kilomètres de se douter de la véritable raison de se regain en cruauté, on avait pensé que Nobody ne saurait être pire qu'il ne l'était déjà de toute évidence ils s'étaient tous trompé sur son cas, car Nemo prouvait bel et bien qu'il pouvait faire pire. Ce qu'il montrait cependant n'était rien, car sa haine se déverserait sur les coupables et les cibles ne seront pas manquées. Il se réjouissait déjà de verser leur sang, mais patience ! Ce serait tout gâcher que de se précipiter, il fallait prendre son temps et laisser le plan murir, étudier toutes les possibilités et frapper. En attendant, il continuait à faire ce qu'il avait toujours fait : tuer. Mais aujourd'hui il cherchait des personnes en particuliers, il avait pour ainsi dire quelque chose d'intéressant à leur proposer, un meurtre qu'il ne pouvait faire lui-même sans rompre les liens entre la mafia Russe et la mafia Roumaine. Il avait déjà manqué de faire déclarer la guerre entre elles en venant décimer la moitié des hommes s'occupant du réseau de prostitué de Gotham tenu par ses dits Roumains, fort heureusement quelqu'un était intervenu en son nom pour arrondir les angles. Nemo devait quelques services en contre parties, c'était un échange assez habituel avec Nobody, après tout, qui refuse les services de cet homme ? Il ne ratait rien, il exécutait sans discuter, c'était juste un effroyable con mais ce n'était pas comme s'il culpabiliser d'être si égoïste. Pourtant, s'il voulait tuer cet homme, ce n'était pas par égoïsme. En fait, ce n'était pas pour lui, personne ne lui avait demandé de faire une chose pareille, mais c'était pour défendre l'honneur d'une jeune personne. Une bien trop longue histoire certes, mais personne ne l'empêcherait de trouver quelqu'un capable de tuer le brigand à la tête d'un réseau de catins, d'ailleurs s'il y avait bien un duo en ville qu'il fallait à tout pris exploiter c'était bien ses deux demi-soeurs ! Rien n'échappe à la Mafia Russe et encore moins à Mister Nobody.

Mais Nemo avait bien conscience que ses deux filles ne s'engageaient pas si facilement, de plus qu'il avait encore une dette envers elles et leur demander leur service serait assez osé de sa part, mais n'était-il pas Nemo Nobody ? De quoi avait-il peur ? Pas de la mort, ni de la souffrance. Au fond ça le connaissait et souffrir pour souffrir autant que ça soit entre les mains de charmantes demoiselles ! Alors, laquelle aborder en premier ? N'importe qui aurait probablement choisi Shane, mais Nemo avait malgré tout sa préférence pour la mystérieuse Lullaby, les deux l'intriguaient, sans quoi il ne leur aurait pas mit des bâtons dans les roues uniquement pour le plaisir de les revoir, cela dit, il fut assez étonné de savoir qu'elles n'eurent pas cherché à le faire souffrir pour ce qu'il avait fait, ne serait-ce qu'un petit peu... Nobody devait s'avouer excité à l'idée de revoir ses deux grandes de la criminalité, elles n'étaient ni mauvaises ni bénéfiques, mais elles agissaient en dehors de la loi et c'était suffisant pour lui plaire, ce qu'il aimait le plus était la cruauté dans leur regard... Nobody allait-il s'embêter à chercher après ses filles ? Certainement pas, il y avait tellement plus simple. Il était entré au carpe Noctem et avait bu quelque vodka Russe que l'on servait là-bas, une jolie rouquine à la grosse poitrine s'était joins à lui en lui demandant d'une voix surexcité ses futurs plans diaboliques. Nemo avait ri, puis au cours de la discution il avait lancé l'idée avoir de revoir la grande Phi. La jeune rouquine avait frissonné d'excitation et soulignait à Nemo qu'il avait une dette envers elle, il souriait amusé et répondait qu'il n'en avait que faire de cette dette. La provocation était en marche ! C'était évident que ce bruit parviendrait aux oreilles d'au moins une des deux soeurs, probablement la plus discrète des deux, celle qui entend tout et dont on se méfie le moins... Le soir même de cette dite discutions, il savait que l'une des deux serait là, vous savez l'intuition ou plutôt l'instinct chez un animal comme Nemo.

Pourquoi ne pas choisir un lieu où il y aurait du monde, énormément de monde ? Ce serait tellement plus drôle ! The VIP Cheyenne, un endroit où il ne se rendait pas forcément souvent mais c'était toujours un lieu fortement intéressant à ses yeux. Il avait donné rendez vous à la rouquine dans ce lieu et ainsi tout le monde saurait qu'il y serait ce soir là. Laquelle des soeurs serait là ? A moins que les deux viennent lui faire cet honneur, mais ça, il en doutait, bien qu'inséparable Nemo pensait que tout de même parfois elles devaient bien se séparer pour vaquer à leurs occupations personnelles. Il ne comprenait pas d'ailleurs cette volonté d'être une équipe... Pour lui ce n'était jamais que la moitié du plaisir... Après quelques minutes passé dans la boite de striptease de Gotham, Nemo n'arrivait pas vraiment à repérer l'une des deux filles, car il fallait l'avouer, des blondes et des brunes il n'y avait que ça dans cette assemblée ! Après avoir bu quelques verres offerts par la serveuse, il se lassait déjà de l'ambiance, à vrai dire désormais il avait ce qu'il voulait chez lui pour les stripteases et il ne l'avait rien que pour elle. D'ailleurs, il espérait bien rentrer assez tôt, c'était un comportement inhabituel chez Nemo, mais après tout si tout le monde change, pourquoi pas lui ? Il se levait lentement du tabouret près du bar abandonnant son verre à moitié plein pour le suivant qui passerait par là, il se dirigeait vers l'estrade et venait monter sur celui-ci, deux molosses se firent signe mais remarquant qu'il s'agissait de Nemo Nobody, ils changeaient rapidement d'avis tenant probablement à leur vie ou à leur fierté plutôt. Un sourire aux danseuses ravies de pouvoir se dandiner autour d'un charmant sujet qui s'y mettait aussi, balayant de ses iris bleus la foule il avait fini par repérer l'une des deux : Lullaby. Peut-être la dernière personne à attendre dans ce genre d'endroit si ce n'était pour lui, si ce n'était pas si adorable ? Un bouton puis deux puis les autres, la chemise dans la main il laissait son torse briller sous les projecteurs, les filles l'applaudissaient tandis que les hommes faisaient une moue jalouse pour la plupart, il souriait encore les lunettes de soleil sur le nez le protéger de la lumière qui l'éclairait comme une étoile. Une des filles sur la scène venait caresser son tatouage sur sa hanche, l'odieux symbole de la mafia russe que lui avait inscrit dans la chair ce cher Adrian en signe d'appartenance. Un regard noir pour qu'elle retire sa salle patte de sa hanche puis il lançait sa chemise sur le public, Nobody ne rate jamais sa cible et le morceau de tissus en boule était arrivé comme un boulet de canon sur la jolie Desmond. Un petit tour sur lui-même et la ceinture partait à son tour, il éclatait de rire il avait l'air tellement dans son élément pourtant ce n'était pas vraiment ce qu'il faisait habituellement pour s'amuser. Tous attendaient qu'il passe au pantalon, mais après avoir montré son adorable postérieur à la foule il optait pour descendre de l'estrade en récupérant sa ceinture ou était accroché son revolver et d'un pas décidé se dirigeait vers la ravissante tueuse à gage qui était venue de toute évidence seule alors que l'on se mit à le huer de ne pas aller jusqu'au bout, cela dit pas très longtemps de peur des représailles.

« Vous êtes en possession de quelque chose qui m’appartiens jeune fille. » Lui soufflait-il à l'oreille avec amusement, il l'observait quelques secondes, elle avait quelque peu changé depuis leur dernière rencontre mais elle était décidément toujours aussi magnifique. Nobody lui adressait un léger sourire accompagné d'un clin d'oeil puis osait prendre le bras de la jeune femme pour la mener une table un peu à l'écart des danseuses, il invitait la jeune femme à s'asseoir puis venait se poser sur ses genoux sans la moindre pitié pour ses délicates jambes en passant son bras autour du cou de la jeune femme en riant, probablement que l'inverse aurait été plus acceptable mais c'était nettement moins drôle fort heureusement pour elle, le morceau n'était pas bien gros « Je savais que tu viendrais ma mignonne. T'aurais-je manqué ? » il riait amusé et caressait du bout du doigt le cou délicieux de la jeune femme, probablement allait-elle s'énerver, il voulait cela à vrai dire, il avait envie de savoir si elle en avait encore dans le ventre. Qu'elle lui vende du rêve cette adorable ange diabolique ! Il était à vrai dire tout excité de cette retrouvaille.



Dernière édition par A. Nemo Nobody le Jeu 10 Jan - 16:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://gotham-shadow.lebonforum.com/
♠ Localisation : Où l'emmène le prochain visa
♠ Nombre de Messages : 38
♠ Nombre de Jetons : 120

♠ Mon Dossier ♠
♠ Pseudo:
♠ Statut RP :
♠ Inventaire:
Lullaby E. Desmond
Lullaby E. Desmond
MessageSujet: Re: Cover your eyes, The Devil's inside ▬ Lullaby & Nemo   Cover your eyes, The Devil's inside ▬ Lullaby & Nemo I_icon_minitimeMar 8 Jan - 20:05

La rumeur sur la présence en ville de Phi avait fini par revenir aux oreilles de Lulla, alors qu’elle traînait ses converses usées dans un quartier peu recommandable de Gotham, appareil photo en main, histoire de faire des repérages dans toute la ville. Elle n’avait pas tressailli mais avait emboîté le pas aux deux hommes qui étaient entrés dans un pub miteux, avaient demandé deux whiskys et avaient continué leur conversation sans se méfier de la petite blonde qui avait sorti un volume poussiéreux de sa besace et feignait de s’intéresser pour la énième fois au « Discours de la Méthode » de l’ami Descartes, en version originale s’il vous plaît, tout en captant des bribes de Russe. L’ajustement entre les langues était toujours un peu compliqué mais elle en saisit l’essentiel de façon assez claire et distincte. Le bruit courait que ce fameux assassin duquel on ne savait rien, mis à part son efficacité des plus redoutables serait en ville pour affaires. Et il le savait de source sûre car Nemo Nobody avait décrété qu’il voulait l’engager pour un contrat. Les traits de la demoiselle s’étaient figés une fraction de seconde à la mention de ce nom, mais comme personne ne lui prêtait attention, cette crispation involontaire, automatique et épidermique passa totalement inaperçue et elle-même fit comme si elle n’avait jamais existé. Nemo. Une collaboration en Russie qui n’avait guère enchanté les deux demi-sœurs, ayant l’habitude de ne laisser personne entrer dans leur duo (à deux, c’était déjà bien assez complexe). L’individu lui avait semblé fiable, fait de la même étoffe qu’elles : froid, insensible, professionnel, aiguisé comme un scalpel. Jusqu’à ce qu’il fasse ce pas de travers qui avait failli lui valoir l’instrument susnommé entre les deux yeux en moins de temps qu’il ne fallait pour le dire. Tournant la page, la blondinette se rappela cette urgence qui s’était emparée d’elle. Il venait de lui voler un foie et elle réclamait réparation. Lui dérober le sien avait paru tentant, jusqu’à ce que sa soif de dissection ne s’efface au profit de la raison qui lui souffla que liquider un tueur de la mafia n’était peut-être pas le meilleur plan pour rester en vie. L’arrangement d’un service dû avait été pris en accord avec Caduceus, qui renonçait à ce précieux organe et les laissait se débrouiller entre eux. Lullaby avait tourné les talons après un long regard indéchiffrable à l’homme. Il n’avait pas fait d’erreur. Les gens de leur espèce ne faisaient pas d’erreur. Alors pourquoi les avait-il sciemment privées de ce foie ? Pour avoir une dette envers elles ? Elle n’aimait pas l’idée d’être liée à quelqu’un d’autre que Shane, même pas un service. Elles ne rendaient pas de service. Elles travaillaient.

Ces considérations lui avaient fait perdre le fil de la conversation en russe et elle ne put entendre que les derniers mots, à savoir une histoire de transaction qui s’effectuerait « à l’endroit le plus bondé de la ville, tu sais, ce strip club » et ils étaient partis. L’Américaine resta encore quelques temps sur son siège, faisant mine de lire, le cerveau carburant à mille à l’heure. Nemo était un homme prudent, il faisait courir cette rumeur pour les rencontrer au plus vite. Légèrement agacée, elle finit par déplier les jambes et se lever. Personne ne les convoquait indirectement, on leur envoyait un message, une photo dans une enveloppe et basta. Ce mafieux se prenait réellement pour quelqu’un … Sortant après avoir laissé quelques pièces sur le comptoir, Lullaby alluma une cigarette et partit rejoindre son démon de demi-sœur plutôt rapidement. Le verdict fut simple et sans appel : un contrat restait un contrat, et ce Nobody avait besoin d’un rappel à l’ordre en bonne et due forme. Et ce serait à elle de s’en charger. Pourquoi ? Le strip-club. Si les deux hommes en avaient parlé, c’était qu’il devait y avoir du beau monde dans cet endroit, alors il y serait immanquablement. Etrangement, elle ne l’aurait pas pris pour homme à aimer voir des filles se toucher en se déshabillant pour de l’argent mais chacun ses vices après tout et ça ne la regardait pas vraiment, si ce n’était qu’elle n’avait aucune envie de se rendre dans un endroit pareil. Elle n’en dit cependant rien devant Shane qui n’aurait pas manqué de lui faire une réflexion sur son manque de décontraction (entendre par là : le faible nombre d’hommes l’ayant vue nue) et elle n’avait pas vraiment envie de reprendre ce débat avec elle. Qu’elle baise autant qu’elle voulait et qu’elle lui foute la paix. D’ailleurs, grand seigneur, sa compagne de toujours offrit généreusement de l’accompagner, au cas où elle ait besoin de renforts, mais elle avait repéré un bar en face où elle pourrait allègrement occuper sa soirée et, au pire, elle irait déjà faire son marché en regardant le videur du VIP Cheyenne. Voilà une soirée qui s’annonçait prometteuse.

Quand elle se présenta à l’entrée, Shane allumant déjà l’armoire à glace qui était, effectivement, objectivement parlant, plutôt pas moche à regarder, Lullaby se rendit compte qu’elle ne cadrait pas vraiment dans le décor. Par de talons hauts, un simple jean sur un haut noir des plus ordinaires, sans oublier la veste en cuir sombre, le Borsalino qu’elle ôta … Cependant, un œil avisé aurait reconnu des vêtements griffés couture. L’avantage d’avoir un compte en banque bien rempli. Elle choisit une table au hasard, ne perdant pas son temps à le chercher. Déjà, parce qu’elle ne risquait pas de lui faire ce plaisir, elle n’avait pas vraiment apprécier sa façon d’arriver jusqu’à elles et ensuite, parce que c’était totalement inutile : il le ferait lui-même. Et cela ne tarda pas. Elle venait de commander un whisky quand il entra en scène. Véritablement. Soulevant un sourcil perplexe, elle le regarda se déhancher en rythme, effleurant les danseuses. Nemo Nobody ? Réellement ? Un mythe venait de s’effondrer, quelque part. Il semblait tellement … humain. Cette observation manqua de la faire soupirer et elle tendait le bras pour attraper son verre quand un projectile la prit pour cible. Dans un réflexe inattendu pour une jeune femme aussi frêle et douce en apparence, son autre main fusa et attrapa le vêtement au vol. Sans accorder un regard de plus aux singeries de son propriétaire, elle but une gorgée du liquide tout en tenant la chemise pendue sur un index, attendant qu’il vienne la chercher. Elle se foutait comme de l’an quarante des sifflets ou des regards envieux des femmes autour d’elle. Elle ne saisissait pas son manège. A quoi jouait-il ? Elle le comprit cependant bientôt, alors qu’il se glissait à son oreille. Elle n’avait pas suivi sa descente de la scène, n’ayant pas envie de lui faire ce plaisir. Vous êtes en possession de quelque chose qui m’appartient jeune fille. Sans un mot, elle lui tendit l’objet du délit, gardant son verre en main. Elle se laissa faire quand il l’entraîna, se retrouvant par contre complètement bloquée quand il s’assit sur elle.

Elle chercha son regard quelques instants, son visage n’ayant toujours pas changé d’expression, jusqu’à ce qu’il dise : Je savais que tu viendrais ma mignonne. T'aurais-je manqué ? Sa caresse dans le cou lui arracha un frisson épidermique et elle le repoussa, n’ayant guère l’habitude d’un contact physique aussi rapide et surtout, le fuyant comme la peste : Tu t’es trompé de sœur, Nemo. S’il voulait jouer les aguicheurs, c’était à Shane qu’il devrait s’adresser. Elle finit par poser son verre sur la table, ayant suspendu son geste quand il s’était perché sur elle. Elle plissa les yeux et finit par dire : « La présence diminue la réputation, l’absence l’augmente. » Il semblerait en ton cas que ce soit vrai. Elle ne pouvait pas s’en empêcher, que l’on l’excuse : Je ne savais pas que tu t’adonnais à ce genre de spectacles. Si ton offre est de former un trio du genre, je vais chercher Shane immédiatement et vous laisser en duo, je ne mange pas de ce pain-là. Elle se mit à pianoter lentement sur la table, vieille habitude qui avait la vie dure et attendit, simplement. Etait-il ici pour jouer à chat ? Auquel cas, il s’était visiblement trompé de partenaire …
Revenir en haut Aller en bas
♠ Localisation : Gotham
♠ Nombre de Messages : 1256
♠ Nombre de Jetons : 593

♠ Mon Dossier ♠
♠ Pseudo: CherryMoofin
♠ Statut RP : Disponible
♠ Inventaire:
A. Nemo Nobody
A. Nemo Nobody
MessageSujet: Re: Cover your eyes, The Devil's inside ▬ Lullaby & Nemo   Cover your eyes, The Devil's inside ▬ Lullaby & Nemo I_icon_minitimeJeu 10 Jan - 17:08

Cover your eyes, The Devil's inside ▬ Lullaby & Nemo Tumblr_lwn0djE6Wc1r0dhtao1_500

Elle était restée particulièrement passive, il devait s'avouer assez amusé et curieux, probablement que s'il poussait davantage lui montrerait-elle de quoi elle était vraiment capable, mais il n'était peut-être pas si judicieux que cela. L'énerver compromettrait très certainement l'acceptation du travail qu'il avait à leur donner. Mais Nobody ne pût résister à la tentation de déposer un délicat baiser sur la peau si douce de cette charmante personne qui le repoussait. Était-ce par dégoût ou par fierté ? Peu importe, c'était cela qui lui plaisait tant chez cette fille, cette faculté qu'elle avait d'empêcher de prévoir ce qu'elle allait faire, c'était comme s'il avait trouvé son égal dans l'imprévisible et il trouvait cela plaisant d'avoir enfin quelqu'un capable de rivaliser avec lui. Il était impossible de savoir ce qu'il se tramerait dans la tête de l'un et de l'autre, pourtant il avait réussi à savoir qu'elle viendrait. Probablement que la seconde n'était pas bien loin, mais c'était celle là qu'il voulait. Nemo Nobody n'avait-il pas toujours ce qu'il voulait ? Ce n'était plus une légende, c'était un fait. Elle n'était pas réceptive à ses avances, mais ça, il l'avait su dès le commencement. Lullaby était loin d'être une fille facile, non... C'était une fille compliquée, quoi de plus attrayant ? Elle l'avait repoussé mais il était resté tranquillement calé sur ses genoux mais avait cependant retiré son bras autour de son joli cou pour venir remettre sa chemise en reboutonnant celle-ci de façon incomplète. La remarque de la jeune femme le fit éclater de rire, elle était tellement froide pourtant il était persuadé qu'elle cachait autre chose, qu'elle ne fuyait pas pour rien son approche. Pourquoi repoussait-elle toute forme de contact ? Probablement que sur le point de vue contact physique Nemo était bien plus proche de l'autre soeur, mais personne ne pouvait comprendre pourquoi il agissait de la sorte... Son corps ne lui appartenait pas, il leur appartenait à eux et pour que jamais il ne l'oublie Adrian l'avait inscrit dans sa chair. Qu'est-ce que cela pouvait bien faire de ce qu'il faisait de ce corps après tout ? L'exhiber sur scène ? Pourquoi pas ? Ce n'était qu'un corps, ce n'était qu'une machine. N'avait-il aucun amour propre ? Aucun respect envers sa personne ? Non, il avait toujours tout fait pour détruire ce corps, la souffrance, la douleur, les vices... Une façon à lui d'exprimer que ce corps ne comptait pas tout comme sa vie, rien ne compte, il n'était personne. Alors que ce corps rejoigne son âme en enfer !

Nobody l'écoutait avec intérêt, sa petite citation fut des plus charmantes et il lui avait adressé un sourire quasi sincère si ça n'était que les dernières phrases de la jeune femme le firent hurler de rire. Il reprenait doucement son calme et plongeait ses iris bleus dans le regard de la jeune femme, qu'elle était adorable avec ses airs de fille renfermée et intouchable... Pourtant, elle semblait sûre d'elle, pas que lui n'était pas sur de lui, probablement l'était-il plus qu'elle. Il ne pensait pas à cette sûreté là... Elle savait qui elle était, dans toutes ses identités elle le savait et ne perdait pas le nord, alors que lui... Il n'avait cessé de se poser cette question depuis vingt ans : comment s'appelait-il ? On lui avait dit que son véritable prénom était Adam, mais était-ce vrai ? Comment pourrait-il les croire ? On lui avait trop menti, trop manipulé. Mais il était trop tard pour faire marche arrière et jamais il ne saurait ce que l'on peut ressentir, ce qu'elle pouvait ressentir de savoir qui elle était, de savoir qu'elle avait... Une famille. Des rêves futiles qu'il s'était efforcé de bannir avec toutes ses années, laissant uniquement place à la haine, mais son subconscient lui, survivait à sa volonté d'oublier ce vide en lui. « Je ne me trompe jamais. » lui soufflait-il à l'oreille, faisait-il par ce biais un rappel au fait qu'il avait commis une « erreur » lors de leur « collaboration ». Nobody avait toujours détesté travailler en équipe, et ce qui le répugnait encore plus était de faire équipe avec des femmes. Alors pourquoi avait-il fait cela ? Nemo était imprévisible voilà tout, la mafia même savait qu'il l'avait fait exprès et il avait eu le droit à quelques corrections qui lui avaient laissé une cicatrice, mais qu'est-ce que cela pouvait bien faire ? Ce n'était qu'un corps, un amas d'organes qui finirait probablement un jour dans les mallettes réfrigérées des Phi.

« Si la vie pouvait être aussi simple que de montrer son cul... Je crois que l'on s'y ennuie rapidement de toute façon. » ajoutait-il en se levant enfin des jambes de la jeune femme pour s'asseoir à coté d'elle, un peu trop prêt probablement, mais il n'avait pas l'intention de s'éloigner, et si elle voulait s'éloigner probablement se retrouverait-elle le derrière au sol. Il lui servait encore l'un de ses fameux sourires masques qu'il avait pu afficher tout le long des présentations par la mafia à leur toute première rencontre, sourire qu'il n'avait jamais cessé d'afficher avec plaisir pour agacer les deux femmes, mais elles n'étaient pas les seules à ne pas supporter ce sourire particulièrement craquant mais tout à fait démoniaque dans le fait qu'il soit si cruellement parfait. Nemo soupirait et jouait lentement avec l'une des longues mèches blondes de la jeune femme en ajoutant quelques mots « J'espérais bien que je tomberais sur toi... Bien que je doute que nous puissions nous entendre un jour. » Il relâchait les cheveux de la jeune femme pour saisir le verre de celle-ci et le vider dans son gosier sans y être invité, comme s'il allait se gêner... Oui, ils ne s'entendraient probablement jamais. Elles chercheront toujours à savoir pourquoi il avait agi de la sorte la fois précédente et lui refuserait toujours d'y répondre. Mais ce n'était pas tout, Nemo ne serait jamais capable d'accepter que deux personnes puissent être si unies, ce concept lui échappait, est-ce qu'il les jalousait ? Demandez à son fort intérieur, car la machine Nemo Nobody ne répondrait jamais à ce genre de questions. Il reposait le verre vide sur la table et l'observait encore puis reprit la conversation « Ne tournons pas davantage autour du pot. Mon offre est très simple. J'ai besoin de vous pour liquider un homme. Vous pouvez y prélever ce que vous voulez tant que vous me faites disparaître cet homme de la circulation. Que ce soit entier ou en morceau pour le Japon. Bien sur, je vous paie un supplément et vous aurez une... Prime si vous ne me posez aucune question sur mes motivations. Ou plutôt un cadeau. » Il tirait un paquet de cigarette et allumait tranquillement une cigarette en laissant son regard se balader sur les personnes présentes. Était-ce dangereux de parler affaire dans un lieu si fréquenté ? La musique était tellement forte qu'ils avaient déjà eut même du mal à s'entendre, il doutait qu'un espion à l'autre bout de la salle puisse les entendre et si c'était le cas, aucun nom n'était encore sorti de la bouche de Nobody. Si ses filles acceptaient, il s 'arrangerait pour être au casino blindé de mafieux russes pendant qu'elles seront en train d'emplir leur besogne, il avait un alibi parfait et une vengeance plus que personnelle à la clé. Il n'avait pas précisé ce qu'était la prime, probablement était-elle à mille lieux de se douter de ce qu'il serait capable de lui proposer. Nemo ne doutait pas qu'elle lui soulignerait qu'il leur devait un service, la prestation de leur choix et il serait dans l'interdiction de refuser, ça non plus il ne l'avait pas oublié. Bien qu'assez provocateur, il honorait toujours ses engagements... Toujours jusque là... car bientôt un lien allait être brisé, mais là n'était pas affaire qui concernait ses tueuses à gage. C'était osé de sa part de leur donner une tâche à accomplir, mais il ne reculait devant rien quand il s'était fixé un objectif. Si elle refusait, il devait s'avouer dans l'impasse car seule elles sauront être à la hauteur de ce crime, mais ça aussi elle devait l'avoir deviné. Lullaby était particulièrement brillante, une autre facette qu'ils avaient en commun. Fort heureusement, il saurait toujours rebondir !

Revenir en haut Aller en bas
https://gotham-shadow.lebonforum.com/
♠ Localisation : Où l'emmène le prochain visa
♠ Nombre de Messages : 38
♠ Nombre de Jetons : 120

♠ Mon Dossier ♠
♠ Pseudo:
♠ Statut RP :
♠ Inventaire:
Lullaby E. Desmond
Lullaby E. Desmond
MessageSujet: Re: Cover your eyes, The Devil's inside ▬ Lullaby & Nemo   Cover your eyes, The Devil's inside ▬ Lullaby & Nemo I_icon_minitimeVen 11 Jan - 18:05

Désarçonnée, la jeune femme l’était. Il n’avait rien du tueur, certes moqueur, mais tranquille avec lequel elles avaient fait équipe il y avait quelques temps de cela. Son baiser la fit tiquer, non pas qu’il soit particulièrement désagréable (n’en déplaise à Shane, elle n’était pas frigide), simplement, elle n’avait rien fait pour le provoquer et était là pour affaires et pour rien d’autre, il n’était pas question qu’il se méprenne à son sujet. Elle n’avait pas été impressionnée par son numéro de strip-tease, ni par son attitude. D’ailleurs, s’il ne dégageait pas rapidement de ses genoux, elle sortirait le scalpel qui ne la quittait pas et le planterait dans sa cuisse pour les apprendre les bonnes manières. Certes, ils étaient hors-la-loi ce qui ne voulait pas dire qu’elle était ouverte à tous les débordements. Encore une fois, pour cela, il fallait s’adresser à sa demi-sœur. Les rares hommes qui avaient eu le privilège de passer la nuit en sa compagnie s’étaient montrés charmants et courtois, ainsi que cultivés et intéressants. Faites le calcul vous-mêmes. En tous cas, il ne semblait pas se rétracter, persistant en restant sur elle, tout en se rhabillant. Peut-être s’attendait-il à ce qu’elle proteste et la lui arrache de nouveau derechef ? Il se trompait lourdement. Je ne me trompe jamais, corrigea-t-il de façon plutôt agaçante, lui rappelant par là « l’erreur » qu’il avait commise lors de leur mission, la faisant désagréablement grincer des dents. Il était incontrôlable et imprévisible et c’était ce qui lui avait plu … disons qui l’avait intriguée lors de leur première rencontre. Un esprit libre asservi à la mafia, voilà qui n’était pas commun. Et s’en était suivi un débat sur le libre-arbitre dans son esprit jusqu’à ce que l’énervement d’avoir perdu le foie ne reprenne le dessus. Aussi se permit-elle de glisser : Tes erreurs intentionnelles n’en sont alors que plus agaçantes. A quoi jouait-il ? Lullaby pouvait habituellement lire aisément dans les gens ou les mettait mal à l’aise elle-même, mais ne se faisait jamais au grand jamais prendre au dépourvu. Et tout ceci commençait à être … troublant.

Le fait qu’il se décale lui permit de reprendre ses esprits. Elle se rajusta sur son siège, notant qu’il gardait toujours une certaine proximité. Il avait trouvé comment la mettre mal à l’aise. Un point pour lui. Ses éclats de rire n’aidaient pas non plus, il était beaucoup trop bruyant. L’impassible Desmond le regarda décrier la vie de strip-teaseur sans la moindre émotion, se contentant d’ajouter : Peut-être y trouvent-ils leur compte. Chacun son vice et si la luxure leur sied … sans doute ne s’ennuient-ils jamais. Mais je leur laisse leur existence dénudée et dénuée de sens. Mais quelle existence avait réellement un sens ? Pas la sienne, dans tous les cas. Il y avait bien longtemps que la jeune femme avait accepté l’absurdité de sa seule existence. Désabusée, elle observait de ses grands yeux clairs le reste du monde qui vivait. Etrange sensation. Troublante perspective. Erreur de la nature, elle survivait, attachée à son double maléfique et elles traçaient leur route en avançant comme elles le pouvaient, Shane en hurlant au monde qu’elle vivait, quoi qu’il advienne, et elle en le décortiquant, de toutes les manières possibles et imaginables, comme si sa compréhension pourrait un jour la faire se sentir « une des leurs ». Elle avait lu des traités sur la trisomie indiquant que ces personnes avaient conscience de ne « pas appartenir à la même espèce, génétiquement parlant ». Elle ne l’était pas mais pouvait comprendre ce sentiment. Il y avait le reste du monde. Et il y avait elles. Pas eux. Elle aurait pourtant d’abord inclus Nemo dans leur groupe … ou bien jouait-il la comédie ? Etait-il comme Shane, prétendre être ce qu’il n’était pas en étant bien conscient de sa réalité ? Combien aurait-elle donné pour entrer dans le crâne de Nobody et savoir ce qui s’y tramait …

Ces considérations eurent l’effet de la distraire suffisamment pour qu’il s’accorde le droit de jouer avec ses cheveux. J'espérais bien que je tomberais sur toi... Bien que je doute que nous puissions nous entendre un jour. Baissant les yeux sur ses doigts sur la mèche en question, elle prit sur elle de ne pas sortir son scalpel, se contentant d’un mouvement de tête qui coïncida avec le moment où il la lâcha (ou bien était-ce elle qui l’avait fait abandonner ?). Il semblerait en effet que nous soyons faits d’étoffes différentes ou trop semblables pour le bien de tous. Elle n’arrivait pas à se décider sur la question et cela l’ennuyait. Elle ressentait quelque chose … oui, ça lui arrivait et la plupart du temps, ce n’étaient pas des sentiments positifs. Il en avait profité pour lui voler son verre, aussi laissa-t-elle échapper un soupir las et fit-elle signe à un serveur de leur en ramener deux d’urgence. Que faisait-il ? A se rapprocher d’elle, à prendre ce qui était à elle … voulait-il aussi qu’elle le conduise à Shane, qu’ils baisent devant elle pour que le tableau soit complet ? De plus en plus agacée, elle glissa la monnaie au serveur dès qu’il arriva, prenant son verre entre ses longs doigts qui commençaient déjà à s’agiter. C’était de sa faute, il la contrariait et elle allait bientôt avoir un besoin urgent de fumer. Elle se contenta de l’alcool pour l’instant, attendant que le serveur vide les lieux pour que Nemo passe enfin aux choses sérieuses (non, pas celles-là, Shane). C’était simple et clair mais ç’eut le mérite de laisser Lullaby songeuse : un assassinat … pourquoi ne s’en chargeait-il pas lui-même ? Un tueur engageant un autre tueur, avouez que ça avait quelque chose d’assez intriguant. Mais elle n’en demanderait pas plus, comme elle le souligna : Même si nous n’aurons rien contre ta prime, ou ton cadeau, comme tu le dis, nous ne demandons jamais pourquoi. Elles se moquaient comme de l’an quarante de la vie de la victime, des motivations de leur employeur, ce n’était qu’une cible qui respirait pour quelques temps encore avant qu’elles ne se chargent d’elle. Cela ne poserait donc pas de souci, mais s’il voulait rajouter une prime au bout, elles n’allaient pas cracher dessus !

En revanche, il semblait très sûr du fait qu’elles acceptent. Elle le regarda s’allumer une cigarette et elle ne mit pas trente secondes avant de la lui dérober. Après tout, il ne s’était pas gêné pour faire de même avec son verre, pourquoi s’embarrasserait-elle ? Et elle avait vraiment besoin de fumer. Les tremblements de ses doigts se calmèrent lentement alors qu’elle finissait la cigarette en un temps record. Elle ne se gêna pas pour prendre le paquet de Nemo et se resservir, posant la cigarette entre ses lèvres et attendant qu’il l’allume (la cigarette). Après tout, il n’était pas le seul à savoir faire son petit effet. Lentement, elle finit par dire : Je ne sais pas. Nous ne refusons jamais un contrat mais nous ne sommes pas là pour affaires, nous sommes là pour le travail. Et par travail, entendre l’officiel qui faisait d’elles de gentilles reporters sans frontières. Elle dégagea la cigarette de ses lèvres et elle le regarda : Vois-tu, nous n’avons pas apprécié que tu fasses courir le bruit de notre présence ici, nous comptions faire profil bas. Elle pianotait sur la table de l’autre main, qui était redevenue dangereusement calme. Ses doigts se détachaient un par un, martelant le métal doucement. Tu nous dois déjà un service, tu dévoiles notre présence à Gotham et en plus tu veux nous engager. Cela fait beaucoup, Nemo. Tu le sais, nous ne sommes pas n’importe qui. Tranquillement, elle remit la cigarette dans son bec et haussa un sourcil à son attention. Qu’allait-il bien pouvoir dire pour sa défense ?
Revenir en haut Aller en bas
♠ Localisation : Gotham
♠ Nombre de Messages : 1256
♠ Nombre de Jetons : 593

♠ Mon Dossier ♠
♠ Pseudo: CherryMoofin
♠ Statut RP : Disponible
♠ Inventaire:
A. Nemo Nobody
A. Nemo Nobody
MessageSujet: Re: Cover your eyes, The Devil's inside ▬ Lullaby & Nemo   Cover your eyes, The Devil's inside ▬ Lullaby & Nemo I_icon_minitimeLun 14 Jan - 20:08

Cover your eyes, The Devil's inside ▬ Lullaby & Nemo Tumblr_lwn0djE6Wc1r0dhtao1_500

La situation était très amusante, ni l'un ni l'autre ne pouvait deviner et anticiper la réaction de l'autre, on pourrait croire qu'ils jouaient à celui ou celle qui surprendra le plus l'autre, mais ils étaient au naturel, tout deux imprévisibles par leurs façons de penser différents mais qui pourtant ramener au même résultat. Étaient-ils vraiment si différents que cela ? Certainement pas, mais chacun préférait se concentrer sur ce qu'ils détestaient chez l'autre. Pourtant, ils ne pouvaient pas nier que leurs comportements les liaient étroitement, ils s'intriguaient mutuellement, comme si chacun était fasciné par les capacités de l'autre dans leurs manières d'être. Il savait que son petit numéro ne l'avait pas atteint, du moins, pas en apparence et c'était cela qu'il appréciait tout simplement. Le simple fait qu'elle soit différente, probablement était-elle repoussante aux yeux de la société, trop associable pour être accepté, on disait en faire rapidement le tour de la personne et l'on passait à la suivante, bien souvent à la soeur. Mais Nemo n'était pas d'accords. Tout ce qui changeait de la banalité semblait l'attirer tel un aimant, mais ce qu'il n'arrivait pas à déceler c'était qu'elle aussi appréciait ce qui était spécial chez lui, il était quelque peu aveugle sur ce sujet. Pourtant il semblait agir de façon assez différente à ce jour, quelque peu aguicheur mais ce n'était jamais que pour se jouer d'elle, il trouvait cela si amusant de voir cette réaction qu'elle avait à son égard, cette impression qu'il soit juste intrusif et que l'idée qu'elle : Lullaby puisse lui plaire tout simplement semblait juste impensable. Pourtant ce serait mentir de sa part, mais était-il question de cela ? Nemo avait beau aimer s'envoyer en l'air mais il savait qu'il y avait énormément d'autres choses à faire et le sexe était une chose parmi tant d'autres, un loisir malsain et vicieux, un peu comme lui au final. Un nouveau verre en main il lui avait déclaré ainsi la totalité de ses intentions sans ménager ses mots, prenant un ton plus sérieux, laissant tomber son petit jeu qui l'avait déjà lassé. Oui, Nemo n'était pas homme qui donnait bien longtemps son attention à quelqu'un ou quelque chose, ce genre de jeu l'amusait quelques minutes puis devenait plus que barbant à ses yeux. D'où son allusion à l'ennui, elle lui avait fait par d'une théorie plus que valable mais il songeait que l'on pouvait s'ennuyer de tout, même de la mort.

La réflexion de la jeune femme sur le fait de demander ses intentions le fit hausser les épaules, soit. Il y réfléchirait dans ce cas, il n'était plus à cela près. Ces filles faisaient cela pour l'argent, que pensait-il de cela ? Il trouvait cela idiot, Nemo avait énormément d'argent par les contrats que l'on peu qualifier de suicidaire qu'il avait déniché auprès de la mafia, mais tout cet argent ne lui servait à rien, juste à poursuivre ce qu'il faisait. Aucun achat ne le rendrait heureux. Le bonheur lui échappait totalement, le concept même du bonheur lui échappait. Elle lui dérobait sa cigarette mais il ne disait rien, après tout il lui avait bien prit son verre. Un prêt pour un rendu n'est-ce pas ? Il tirait une nouvelle cigarette de son paquet qu'il posait sur la table et l'allumait tranquillement avant de tendre le bras vers celle de la jeune femme qui venait de lui en taxer une seconde. La réflexion qu'elle fit sur le travail le fit tout particulièrement sourire, il la trouvait tellement... Adorable. « Vous avez mal choisi votre ville pour faire profil bas dans ce cas. » Nemo parlait par pure expérience. Gotham était une ville tout à fait particulière et elles aillaient le comprendre bien rapidement. Il expirait la fumée de ses poumons et la fixait se dissiper dans l'air « Je savais aussi que tu dirais quelque chose de ce genre, mais étrangement j'espérais autre chose... » Soufflait-il un peu ailleurs, il semblait une fois de plus égaré dans ses pensées qui semblaient terriblement vastes, à vrai dire Nemo marchait sur un terrain horriblement vague... L'espoir. Enfant, il avait tellement espéré que celle qui était sa mère, ou ses soeurs reviennent... Mais l'espoir était mort et il avait abandonné ses doux rêves sans pitié. Pourtant aujourd'hui, il y avait une jolie blondinette qui vivait chez lui, une jeune femme qu'il se tapait un peu pour se convaincre qu'il n'aimait que son joli derrière et non pas le fait qu'elle soit à ses yeux la soeur qu'il eut toujours rêvé d'avoir. Qui rêverait d'avoir une prostituée comme soeur ? Seulement Nemo Nobody. Mais il ne voulait pas assumer cet amour fraternel, il refusait d'y croire, il trouvait cela juste insensé... Oui parler d'espoir c'était bien trop difficile pour lui, il semblait que jamais il ne put espérer quelque chose depuis bien des années. Ce mot avait perdu tout son sens dans sa bouche, qu'avait-il espéré d'elle ? Pas grand-chose, juste autre chose que ce qui semblait prévisible, mais elle se devait de garder cette image, il savait qu'il ne pouvait pas tout décrypter chez elle c'était là tout l'intérêt et le fait qu'il ait pu prévoir sa venue ici et sa futur réaction, autant le dire ses prémonitions l'exaspéré. Avait-elle perdue son génie ? Et pourquoi n'arrivait-il pas à apprécier le fait délicieux que de dominer la situation.

Il prenait une nouvelle bouffée de fumée nicotiné en reportant son regard azur sur la jeune femme puis reprenait après ce léger silence qui s'était installé entre eux. « Pourquoi s'entêter à travailler ? A quoi cela vous sert ? La société ne veut pas de personnes comme nous. Nous ne seront jamais acceptés, vous croyez peut-être que vous l'êtes, mais seulement à moitié ça c'est certain. Les déviants ne sont pas faits pour cette société là. Pourquoi voulez vous faire partie de celle-ci alors qu'elle vous à rejeté dès le jour de votre putain de naissance ? » A ces mots, l'homme soupirait. Peut-être était-il un peu trop sur les nerfs ? Non, ce n'était pas ça, elles étaient juste stupides ! Stupidement rêveuses et idiotes ! Il n'y avait que les idiots qui travaillent. Pourquoi ne supportait-il pas l'idée que des gens qu'il voulait croire comme lui tentent de s'en sortir ? Il pensait évidement à Helena... Pourquoi leur en voulait-il ? Probablement parce que finalement il se retrouvait seul quoi qu'il arrive. Il avait cette fille qui n'était pas sa soeur, ce père qui l'eut manipulé et cette femme qu'il avait tellement haï qu'il avait pensé l'aimer tellement ce sentiment était intense, mais elle s'était joué et de lui, il s'était trompé et il en souffrait malgrè cette carapace autour de son coeur. Nemol était une fois de plus allié avec la seule amie qu'il avait eut depuis le début de sa vie : la solitude. Nemo esquivait un léger sourire et ajoutait en soupirant « Puisque tu ne sais pas, je vous laisse un peu de temps pour y réfléchir. Disons... Une semaine. Demain je paie ma note, tu sais ça ne m'avait pas forcement rien coûté non plus de gâcher votre affaire. Mais comme tu dis, vous n'êtes pas n'importe qui et moi... Je ne suis personne. Finalement on se compléterait plutôt bien niveau existence. D'ailleurs, je ne sais pas ce que tu penses de l'existence de chacun, mais personnellement je la trouve sans le moindre intérêt. » Il demandait au serveur qui passait un scotch, il tricherait un peu demain ; il boirait. Il songeait que se faire tabasser ivre était moins douloureux. Il agissait en connaissance de cause, le massacre qui avait eu lieu dans le quartier roumain avait été rattrapé par Ilyas, mais Nemo devrait payer la note quoi qu'il advienne. Le parrain de Gotham l'avait déjà mis en garde une fois, Nemo savait que celui-ci ne lui ferait aucun cadeau si ce n'était sa vie. Sauf s'il franchissait la ligne rouge en tuant Trishka, probablement qu'Adrian avait mit son grain de sel pour protéger le corps de sa machine de guerre, mais Nemo savait qu'il lui faudrait un certain temps pour être en aussi bonne forme qu'à ce jour, disons ; une semaine semblait un délai parfait pour affronter ses deux tigresses. Il avait été convié au casino pour le lendemain, la rouquine avait frissonné en lui donnant ce papier comme si elle aurait voulu le protéger de ce qui l'attendait mais personne ne le pouvait et ne pas se présenter serait probablement bien pire. Le temps de la révolte n'avait pas encore sonné et il devait accepter qu'on punisse ses débordements plus que dangereux, mais cela n'était rien à coté de ce dont il était capable. Patience... Il adressait un léger sourire à la jeune femme en vidant cul sec ce verre avant d'écraser au fond de celui sa cigarette pour le reposer sur la table. Que donnerait la suite de cette soirée ? Il n'était pas pressé de le savoir, il semblait que tout venait en son temps... Comme la vengeance.

Revenir en haut Aller en bas
https://gotham-shadow.lebonforum.com/
♠ Localisation : Où l'emmène le prochain visa
♠ Nombre de Messages : 38
♠ Nombre de Jetons : 120

♠ Mon Dossier ♠
♠ Pseudo:
♠ Statut RP :
♠ Inventaire:
Lullaby E. Desmond
Lullaby E. Desmond
MessageSujet: Re: Cover your eyes, The Devil's inside ▬ Lullaby & Nemo   Cover your eyes, The Devil's inside ▬ Lullaby & Nemo I_icon_minitimeLun 4 Fév - 11:09

Apaisée par la nicotine émanant de la cigarette qui se trouvait entre ses lèvres, Lullaby reprenait le contrôle d’elle-même et de la situation. Son corps se détendait lentement et elle fit jouer sa nuque, croisant les jambes. Tout allait toujours mieux avec une clope, c’était une constante chez Lullaby. Il n’aurait plus manqué qu’un café, même irlandais pour la mettre totalement à son aise … ce qui ne voulait pas dire que son interlocuteur allait l’être et ça n’aurait été que justice. Après tout, il avait tout fait pour la chercher depuis qu’elle était entrée dans la boîte, à son tour de le mettre sur le grill. Contrairement à ce qu’il avait voulu faire croire, c’était elle qui avait toutes les cartes en main et lui qui était en demande. Elle était en position de force et lui de faiblesse et certainement pas l’inverse, tout était très clair à présent. Impassible comme à son habitude, elle n’en montrait rien, mais la commissure de ses lèvres s’était très légèrement retroussée et son regard sondait sans concessions celui de Nemo. Qui était le prédateur et qui était la proie ? La placide Lulla ne l’avait pas encore décidé. Elle imita son « hôte » en commandant un nouveau whisky alors qu’il contre-attaquait pour justifier sa « maladresse » ou plutôt son indélicatesse. Il l’avait dit lui-même, il ne commettait pas d’impair. Mais révéler la présence de « Phi », que très peu avaient pu identifier, en ville, avait sans doute été une erreur qui pourrait lui coûter cher. Les sœurs tenaient effectivement beaucoup à leur couverture. Et cette réputation qui enflait, qui prenait des proportions énormes, les pronostics allant bon train pour savoir qui était ce Phi (pas mal de monde pensait qu’il s’agissait d’un homme, un ancien soldat ou agent secret à a retraite) ne faisaient qu’augmenter le coût de leurs services. Et même si ce n’était pas pour ça qu’elles le faisaient, avoir suffisamment d’argent pour être tranquilles était rassurant. Vous avez mal choisi votre ville pour faire profil bas dans ce cas. Nous n’avons pas l’intention de nous lancer dans la course au crime avec ces « fameux super-vilains ». Nous n’avons rien à prouver. Ces personne étaient stupides. Leur besoin d’être médiatisées était risible, comme si elles avaient besoin de reconnaissance. Tirant sur sa clope, elle regarda Nemo s’abimer dans ses réflexions en méditant la sienne. Il « espérait » ? Mais qui était cet homme ?

Lullaby avait abandonné tout espoir depuis bien longtemps. L’espoir de « ressentir » quelque chose, par exemple. Oh il y avait bien des frémissements, enfant, quand elle regardait les chatons se débattre vainement entre ses mains. Quand elle découpait une personne qui venait de rendre l’âme sur une quelconque table d’opération de fortune. Quand elle trouvait un bon interlocuteur en philosophie. Mais la faire éprouver quoi que ce soit était de plus en plus difficile. Elle enviait Shane, même si elle ne le lui dirait jamais. D’avoir ce côté « humain » sans l’être toutefois réellement. Elle prenait du bon temps, elle en était persuadée. Elle … elle regardait les années défiler sans parvenir à trouver le moindre intérêt à quoi que ce soit. Même certains philosophes commençaient à la lasser. Les photographies, elle les aimait. Elle parvenait à capturer « quelque chose », d’une certaine manière. D’ailleurs, elle jeta un coup d’œil à son sac où son appareil se trouvait. Il y avait quelque chose à capturer, sur les traits de Nemo, mais il se reprit avant qu’elle ait eu le temps de s’en saisir. Son attaque-question lui fit lever un sourcil, pas exactement choqué, ni étonné, plutôt déconcerté. Finissant sa clope, elle en taxa une nouvelle à Nemo qui ne semblait pas se faire prier et prit le temps pour l’allumer en l’observant. Que se passait-il ? Il perdait patience, il posait des questions … elle ne risquait rien à lui répondre, de toutes les manières : Tu crois qu’il s’agit de cela ? S’intégrer ? Elle eut un léger rire qui ressemblait à un soupir avant de se renverser contre la banquette, soufflant la fumée au plafond : Nous savons très bien qu’ils ne voudraient pas de nous, s’ils savaient réellement qui nous sommes. Ça n’a rien à voir. C’est une question de commodité. Toi, tu as une organisation souterraine, tu dépends de gens. Tu t’es intégré à quelque chose. Nous, nous voulons rester indépendantes. Et ça a un coût. Celui d’avoir une identité « normale ». C’est tout. Nous ne sommes pas faites pour la mafia. Nous sommes deux électrons libres. Et nous le restons ainsi, avec toutes les cartes en main. On les laissait tranquilles parce qu’elles avaient pensé à tout. Elles étaient parfaites sous tous rapports sur le papier mais pourries jusqu’à la moelle en-dessous. Et on tolérait leur existence pour cette raison. Mais jamais au grand jamais elles ne croyaient pouvoir avoir une place dans la société. Et elles n’en voulaient pas.

Mais il commençait à devenir un peu trop curieux. Portant la cigarette à sa bouche, roulant la tête sur le haut du canapé, elle le regarda alors qu’il revenait à la raison de sa présence ici : le travail. Cette requête était étrange venant de lui, mais pas de questions, jamais. Pourtant, lui ne se privait pas. Faisant un joli rond de fumée, elle hocha la tête devant le délai : Tu auras ta réponse avant cela. Elle était quasiment sûre que Shane dirait oui, elle ne perdait jamais une occasion de faire un beau feu d’artifice, malgré la résolution qu’elles avaient prise de se tenir tranquilles. C’était la seule chose pour laquelle elles vivaient, après tout. Quand il mentionna sa dette, elle se redressa pour le regarder. S’il y avait une question qui avait brûlé les lèvres de la jeune femme, c’était bien celle-ci. Pourtant, il n’y répondrait sans doute pas, justement parce qu’il se douterait qu’elle mourrait d’avoir la réponse. Un brin d’intérêt. Il l’avait gagné en la mettant en colère. Enfin il n’avait sans doute pas pu le voir mais avait dû s’en douter tout du moins. Et je suppose que tu refuseras de me dire pourquoi. Que t’importait qu’on ait ce foie ou non, surtout sachant le prix que cela allait te coûter, et sachant que tu vas juste régler ta dette « comme ça ». Il leur rendrait un foie le lendemain, sans rien demander d’autre, juste … ça n’avait pas le moindre sens. La fin la laissa songeuse et elle reprit son ancienne positon, renversée sur le canapé, la tête posée sur le dossier. Nemo Nobody … n’es-tu réellement personne, malgré ton nom ? Je ne le crois pas. Il avait une sacré réputation et … peut-être était-il plus humain qu’il ne le croyait. Elle ferma les yeux et murmura : L’existence … Je crois que tous les philosophes de la Terre se sont penchés sur le sujet. Et ils ne sont pas d’accord entre eux. Ils ne sont pas d’accord sur grand-chose, tu noteras, mais ce sujet divise encore plus … Elle tourna la tête pour regarder les gens qui s’amusaient, sifflaient, bandaient pour certains avant de la retourner de l’autre côté pour regarder Nemo. Elle chercha son regard bleu avant de déclarer : Les gens essayent de donner un sens à leur existence. Ils le trouvent dans la religion, dans l’argent, dans l’amour, dans des projets qui leur tiennent à cœur. Ils y consacrent leur vie. Mais ils sont aveugles ou tentent de s’aveugler. Nul ne sait quel sens a la vie. Sommes-nous juste de passage ? Pourquoi sommes-nous en vie ? Est-ce un accident ? Elle recala sa nuque droite pour envoyer une nouvelle bouffée de fumée au salon : J’ai cru en Dieu, il y a longtemps. Et s’il existe vraiment, alors les gens comme nous sont des erreurs de sa part et il n’attend qu’une chose : nous jeter en Enfer. Elle hocha la tête avant d’ajouter : Dans le cas contraire, nous ne sommes juste pas faits pour essayer de croire en quoi que ce soit. Nous savons que rien n’a de sens. Et nous sommes suffisamment honnêtes avec nous-mêmes pour nous en tenir à ça. Un tableau noir ? Bienvenue dans l’univers de la très mystérieuse Lullaby.
Revenir en haut Aller en bas
♠ Localisation : Gotham
♠ Nombre de Messages : 1256
♠ Nombre de Jetons : 593

♠ Mon Dossier ♠
♠ Pseudo: CherryMoofin
♠ Statut RP : Disponible
♠ Inventaire:
A. Nemo Nobody
A. Nemo Nobody
MessageSujet: Re: Cover your eyes, The Devil's inside ▬ Lullaby & Nemo   Cover your eyes, The Devil's inside ▬ Lullaby & Nemo I_icon_minitimeMar 5 Fév - 20:50

Cover your eyes, The Devil's inside ▬ Lullaby & Nemo Tumblr_lwn0djE6Wc1r0dhtao1_500

La course aux supers vilains. Un phénomène particulièrement agaçant à Gotham mais des plus partiqué, tous ces malfrats qui se mesuraient les uns des autres pour savoir qui sera THE super vilain de Gotham City. Qui obtiendra la palme du plus pathétique ? Nemo refusait de participer à ce petit jeu, bien qu'il fut souvent obligé d'éliminer des cibles inutiles qui cherchaient à le provoquer, juste parce qu'il n'avait pas le choix, parce que même s'ils le voulaient ils n'auront jamais l'intelligence d'arriver à le tuer. Puis il y avait ceux qui voulaient combattre les justiciers comme si brandir leur costume serait un trophée unique qui les mènerait au trône des enfers. Certainement cela serait unique, mais dans la médiocrité. Les justiciers qui se promenaient à Gotham n'intéressait pas Nemo Nobody, il n'avait jamais croisé le Batman ou le Spiderman, d'ailleurs, il doutait presque de la véritable nature de ces personnes. Œuvraient-ils véritablement pour le bien ou juste dans leur propre intérêt ? Des personnes bien pathétiques qui avaient besoin de se racheter une conscience, qui avait besoin d'être aimé par les autres, d'être célèbre. Comment peut-on décider de vouloir aider les autres au péril de sa propre vie alors que les autres n'hésiteront pas à les écraser comme de misérables scarabées si l'occasion se présentait. Elle lui répondait enfin qu'elle ne souhaitait pas s'intégrer à cette société en lui disant que lui, était en quelque sorte intégré à la mafia, il éclatait de rire encore une fois, c'était tellement drôle. « Qu'est-ce que tu es drôle aujourd'hui ! » lui répondait-il en riant, est-ce qu'il se payait sa tête ? En un mot ? Oui. Merde, elle avait sucé un clown avant de venir ou quoi ? Qu'elle était comique, il lui semblait ne jamais avoir tant ri depuis un moment, elle était tellement risible. « La mafia est tout sauf une société et encore moins une famille. Sort un peu de ta bulle. » reprit-il plus sérieusement. Elle ne pouvait pas parler d'une chose qu'elle ne connaissait pas tout comme lui ne pouvait pas parler de la vie en « société » puisqu'il n'en connaissait rien car celle ci ne voulait pas de lui. La mafia était sa prison depuis toujours, c'était la mafia qui vous choisissait et non pas l'inverse. On était venu le cueillir alors qu'il souffrait le martyr, on avait abusé de la naïveté de l'enfant qu'il était pour en faire un monstre. Mais si la mafia avait été sa prison, il serait leur tombe.

Puis la conversation se dirigeait vers le vif du sujet, une réponse avant une semaine. Il souriait et répondait « Je vous donne une semaine, je ne serais pas disposé à vous rendre visite avant. » Il la laissait sous entendre ce qu'elle voulait, mais elle était tellement intelligence qu'il savait qu'elle ne serait jamais loin de la vérité. Plusieurs hypothèses se présentaient à elle. Soit il partait en voyage, hypothèse à écarter sans quoi il aurait attendu un moment plus opportun pour lui faire cette proposition. Une affaire ? Ou dernière hypothèse, une dite « correction ». La mafia n'y allait pas d'une main douce et il allait payer cher ses coups de folie. Alors, travail ou congé maladie ? Il la laissait deviner, mais cela ne la regardait pas et il se fichait de ce qu'elle pense ou non, c'était sa douleur à lui et pour rien au monde il ne voulait la partager avec autrui, il doutait sérieusement qu'elle puisse être compatissante. D'ailleurs elle risquerait de le faire vomir. Elle l'interrogeait, il prenait finalement une autre cigarette entre ses doigts et l'allumait paisiblement avant de lui répondre enfin « Peut-être ai-je été quelqu'un... A vrai dire je l'ignore moi-même je ne vois que le néant, mais peut-on manquer de quelque chose que l'on ne connait pas ? Peut-être es-tu humaine qui sait. » Il souriait amusé, il la provoquait un peu, il savait qu'elle n'aimait pas aborder ce sujet. Alors il enchaînait sur autre chose avant de lancer un débat sans fin sur l'humanité avec celle-ci, ils ne pouvaient pas discuter d'une chose qu'ils ne connaissaient pas... Il ignorait s'il était humain, s'il était quelqu'un. Il avait été Adam, mais il n'en savait rien. Douze ans d'existence balayaient, elle ne pouvait pas comprendre ce que c'était le néant. Il était au milieu de nulle part et finalement c'était là qu'il semblait être le mieux à sa place « Tu as raison. J'm'en fichais de ce foie, tout ce que je voulais c'était vous emmerder et peu importe le prix à payer. Parce qu'un bras cassé ne vaut pas la tête que vous avez faite lorsque j'ai planté ce gros porc. » Il souriait encore, probablement allait-il vraiment l'énerver, il prenait une bouffé de sa cigarette avant de poursuivre « Tu crois que je ne suis qu'un con borné et égocentrique... C'est vrai. J'ai horreur du travail d'équipe, surtout avec des moins que rien. Mais quand mon chemin croise celui de quelqu'un qui puisse une seconde retenir mon intention, celui-ci mérite bien un traitement de faveur. » Il riait faiblement alors qu'on venait lui servir un énième verre, il inspirait de la fumée encore un peu, c'était tellement reposant. Il l'écoutait parler et la regardait changer régulièrement de position. Elle débattait de l'existence, il lui avait tendu la perche et elle l'avait saisi. Mais il l'avait calculé. Elle était tellement imprévisible, il n'arrivait pas à maîtriser la situation lorsqu'elle était là, et provoquer chez elle des réactions prévisibles l'aidait à dominer la conversation autant qu'il le pouvait. Mais n'était-ce pas là une preuve qu'il s’intéressait à elle puisqu'il s'attardait sur des détails de ce genre ? Jamais il ne l'avouerait. Elle parlait beaucoup, elle baissait sa garde mais il ne se servirait pas de cela pour la blesser, il voulait juste la convaincre de l'aider. Le ferait-elle ? Il l'ignorait, mais il pouvait lui prouver qu'il méritait qu'elles fassent cela pour lui, il voulait qu'elle soit suffisamment intéressée à lui pour lui donner ce qu'il voulait parce qu'avec elle, un claquement de doigts ne suffirait jamais pour obtenir ce qu'il voulait et ça, c'était ce qui lui plaisait véritablement chez elle. « Dieu... Qu'est-ce qui t'as poussé à y croire ? Je pense que tu y crois encore pour mettre encore un « si » à son existence. Qu'est-ce que ça fait de croire en quelqu'un ? En quelque chose ? Nous sommes déjà en enfer, l'enfer c'est la réalité. » Il écrasait son mégot dans le cendrier sans la quitter de ses yeux azurés, il se tournait vers elle et ajoutait cette phrase sans réel intérêt. Du moins, c'était ce qu'il croyait. « J'ai compté. Tu as changé de position six fois... » Elle s'immobilisait, était-ce parce qu'il avait fait la remarque ? Il l'observait l'air tout à fait sérieux, elle avait l'air tellement étrange tout à coup ? Était-ce la conversation sur l'enfer ? Non, c'était comme si elle luttait contre quelque chose d'intérieur, une pensée horrible. Elle faisait exprès non ? Non, elle semblait se battre dans sa tête, comme si... Comme si elle était devenu lui allongé sur ce brancard à l'âge de douze ans, c'était tellement troublant... Il ne décrochait pas son regard azur de la jeune femme « Est-ce que ça va ? » c'était la première fois qu'il posait cette question à quelqu'un, mais c'était la première fois qu'il voyait cette fille qui semblait ne jamais rien ressentir être comme... Troublée.

Revenir en haut Aller en bas
https://gotham-shadow.lebonforum.com/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Cover your eyes, The Devil's inside ▬ Lullaby & Nemo   Cover your eyes, The Devil's inside ▬ Lullaby & Nemo I_icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Cover your eyes, The Devil's inside ▬ Lullaby & Nemo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cover Your Eyes
» There is a fire inside of this heart ▬ Moka & Nemo
» Lullaby ◎ We're misfits but we fit together
» Lullaby - I'm bulletproof, nothing to lose
» Solomonia Jill Abernathy ▬ Does it feel like we've never been alive inside?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gotham Shadow :: 'Cause it's Just a Game ! :: V1 :: LES RPS-